9999 Norifumi de Jean-Marc Rivet

La première chose que j’ai remarqué est la couverture de qualité qui représente bien une des scènes importantes du roman : celle où la fille de Norifumi rencontre la Mort.
Pour le reste, j’ai dévoré ce livre, le style dynamique et rythmé incite à enchaîner les pages et les chapitres.
Le lien qui unit Norifumi à Léa est très bien décrit et Jean-Marc Rivet a réussi – comme cela est par ailleurs promis à la fin du roman – à rendre la lecture de 9999 indépendante des autres volumes.
Le plus dérangeant restera finalement à mon sens les scènes de sexe qui n’ont pour moi rien apporter du tout au récit mais qui oblige à classer 9999 résolument au rayon adulte.
Le récit s’articule autour de 3 axes : la lutte de Léa et Norifumi pour sauver leur fille, la sélection pour entrer dans l’orchestre philharmonique d’Örslland et l’enquête autour de l’agression dont a été victime Hart Mayoche et nous réfléchissons tout au long du récit la façon dont se ferait le croisement entre les différentes intrigues.
Petit plus supplémentaire : le lexique en début de livre (que je n’ai découvert qu’à la fin) permettra à ceux non habitué à l’univers de Jean-Marc Rivet de pouvoir comprendre les différences entre les Gobors et les symétriques.

Que se passe-t-il durant les dix premières secondes de notre existence ?… ces dix secondes au bout desquelles notre mémoire est aussi lisse qu’une plage dont la mer vient de se retirer… A sa naissance, la fille de Léa et de Norifumi voit ces dix secondes s’étirer et la Mort lui proposer un marché : devenir comme Dieu et tout savoir de l’avenir, du présent et du passé. Mais en contrepartie, elle ne pourra plus s’incarner, maintenue dans la dimension étrange où son être continuera à flotter, isolée du monde réel où l’attendent ses parents, celui de l’Histoire humaine que la Mort souhaite la voir détester, stratégie à laquelle Norifumi s’opposera dans le plus étonnant combat qui puisse s’imaginer.
AMG2 S.F. 195 pages 8.30 € ISBN : 9782952246742 Couverture : Steven Stahlberg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *