Abimagique de Lucius Shepard

Abimagique est le deuxième court roman de Lucius Shepard à paraître dans la collection Une Heure Lumière, le premier étant Les Attracteurs de Rose Street.

Dans ce nouveau récit, un jeune homme, disons qu’il s’appelle Carl (nom qu’il se donne mais qui ne semble pas être le sien) tombe sous le charme d’Abimagique dite Abi. La jeune femme n’est pourtant pas, de l’avis de son amant, un canon de beauté mais possède un charme et une aura qui la rende particulièrement attirante… Et l’étudiant de Seattle va céder à la tentation. Une tentation qui l’emmènera loin en terme de sexualité puisque la jeune femme, masseuse, maîtrise si bien son sujet que chaque orgasme devient mémorable… Pourtant, Carl aimerait bien en savoir plus sur Abi, sur ce qu’elle fait et d’où elle vient.

Ce besoin de connaître son passé devient plus important quand il croisera la route d’un ancien amant, au corps brisé, qui le met en garde contre la dangerosité de la jeune femme… Et à bien y regarder, l’environnement de la jeune femme lui-même est étrange. Entre les objets occultes qu’elles collectionnent, le régime alimentaire drastique qu’elle applique et son obsession pour la fin du monde, Carl commence à percevoir qu’elle se joue peut-être de lui.

D’ailleurs, la participation à certains cérémonials le ramène sur la peur que lui inspire, même tacitement, Abi. Les manipulations dans le bas de son dos ne serait-elles pas la cause des douleurs de plus en plus fréquentes qu’il a au dos ? Et c’est le doute qui commence à pointer le bout de son nez, avec à la clé une recherche des anciens amants pour valider ou infirmer ce qui lui a été communiqué. N’y aurait-il pas anguille sous roche ?

Tout au long de ce récit, nous oscillons entre folie et fantastique, sans qu’aucune réponse ne nous soit apportée, ce genre d’histoire où vous ressortez en vous demandant qu’est ce qui vient de vous arriver. Suivant votre sensibilité, vous pourrez donc trancher vers une explication plus ou moins réaliste ou totalement fantastique.

La forme du récit, sous forme de tutoiement, peu aussi être déstabilisante, bien qu’elle ait permis, de mon point de vue, de montrer une certaine distance du narrateur par rapport à sa propre histoire.

Reste que la fin est apocalyptique, ou pas, encore une fois suivant la lecture que vous en ferez…

Le Bélial (29 août 2019) – Une Heure Lumière – 112 pages – 8,90€ – 9782843449550
Traducteur : Jean-Daniel Brèque (Etats-Unis)
Titre Original :
Couverture : Aurélien Police

Elle a pour nom Abi — diminutif d’Abimagique. Elle est volupté, sensualité, violence aussi, parfois.  Le monde court à sa perte, elle en est convaincue, maiselle dit avoir le pouvoir de sauver ce qui peut l’être… Elle est impénétrable. Possible qu’elle soit Cybèle, Magna Mater, femme sorcière tellurique. Possible aussi que le temps soit venu ; celui du sacrifice…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *