Accroissement mathématique du plaisir de Catherine Dufour

  • Je ne suis pas une légende : Malo travaille chez Johnson et Johnson et s’il fallait résumer sa situation, le plus simple serait de dire qu’il est au placard… C’est pourtant là qu’il rencontrera en la personne de Mademoiselle Bi sa première vampire…
  • Le Sourire cruel des trois petits cochons : Adeline a trouvé le moyen de ramener de ses rêves des objets et c’est par ce biais qu’elle demandera à récupérer une baguette magique, lui permettant de réaliser tous ces vŒux.
  • L’Immaculée conception : Claude est une femme que rien ne démarque, ni son attitude, ni son travail. Elle n’a pas de vie privée, pas plus que de vie publique finalement… Alors lorsque son médecin lui annonce qu’elle est enceinte, elle qui n’a jamais consommée, elle ne sait à quel saint se vouer !
  • Vergiss mein nicht : une étudiante de l’IEPT va découvrir avec un de ses camarades que les fantômes existent.
  • La Lumière des elfes : Lorsque Settbon meure, laissant derrière lui finalement que peu d’Œuvres, et pourtant aux yeux d’un de ses camarades d’une incomparable beauté.
  • Rhume des foins : Ce rhume des foins qu’il traîne depuis quelques temps maintenant n’a rien de naturel comme nous l’apprendrons bientôt.
  • Le Jardin de Charlith : André raconte à Alexis sa jeunesse dans ce cimetière qui n’en fut pas toujours un, et comment son petit groupe d’amis tournait autour de Charlith.
  • Mater Clamorosum : Une femme et son fils, vivant à l’écart des autres hommes, vont se retrouver victime des circonstances.
  • Confession d’un mort : Alors qu’il passait, un homme croise un mourant qui souhaite absolument lui raconter son histoire, tout en sachant pertinemment que ce serait la dernière chose qu’il ferait.
  • Valaam : Une chasseuse de vieilles icones russes va croiser le chemin de Tatiana, une prostituée, et elle s’intéressera à sa situation.
  • Le Cygne de Bukowski : Une femme tient sa promesse et retrouve une connaissance rencontrée dans une YMCA.
  • Kurt Cobain contre Dr. No : Kurt cobain se réveille dans un endroit étrange, et passera ces journées auprès de No, la barmaid…
  • Une troll d’histoire : Au dragon frit, les tournées tournent et même les Trolls s’y mettent alors que leur réputation n’a jamais été à la générosité… Et puis arrive le Pougnard des Loquaces…
  • La Perruque du juge : Peter Pan est jugé pour toutes les abominations qu’il a pu commettre dans une salle d’audience de notre monde.
  • Le Poème au carré : Alice n’est pas retourné dans son monde depuis déjà quelques temps, son âge y étant pour beaucoup.
  • L’Accroissement mathématique du plaisir : Kluwer, réputé pour ses travaux Yin, vient de créer une statue plus vraie que nature d’une femme qui fait tourner les sens d’Elsevier.
  • La Liste des souffrances autorisées : March parle de sa journée avec Monsk et notamment de sa recontre sur v-réseau avec une charmante demoiselle pour qui il commence à vouer un certain amour.
  • L’Amour au temps de l’hormonothérapie génique : En 2019, Hillary a une relation suivie avec Tiger.
  • Un soleil fauve sur l’oreiller : Mye s’interroge contre la présence récurrente de lavandières à des heures indues.
  • Mémoires mortes : Un frère et une sŒur passe beaucoup de temps dans Owndream ce qui n’est pas sans inquiéter leur père. Et le drame arrive, le garçon meure.

Nous connaissions Catherine Dufour l’auteur de fantasy « burlesque » avec le cycle « Quand les Dieux buvaient » comprenant déjà 4 opus ; nous connaissions aussi Catherine Dufour pour son roman SF « Le Goût de l’Immortalité », récompensé par les Grand Prix de l’imaginaire (2007), Bob Morane et Rosny Ainé (2006). Nous allons découvrir à travers « L’Accroissement mathématique du plaisir » une nouvelle facette de l’auteur, plus intime d’une certaine façon et qui montre qu’après avoir montré qu’elle était à l’aise dans plusieurs « genres », elle l’était aussi sur différents « formats ».
Car il s’agit ici de son premier recueil de nouvelles, une excellente idée du Bélial qui va permettre de (re)découvrir Catherine Dufour.
Il est inutile de chercher un fil conducteur au sein du recueil, l’éditeur a fait le choix – judicieux – de regrouper les nouvelles par thématiques, tant le panel offert par Catherine est vaste.
Bien entendu, il y a toujours des nouvelles qui vous marquent plus que d’autres au sein d’un recueil et ce pour différentes raisons.
Celle qui m’a le plus marquée pour ma part est L’Amour au temps de l’hormonthérapie génique pour ce petit côté rappelant par certains aspects Le Goût de l’Immortalité. Je retiendrais aussi L’Immaculée conception qui ne manque absolument pas d’humour, de cet humour noir qu’il est toujours si plaisant de lire 
Pour d’autres raisons aussi, je retiendrais Mémoires Mortes pour l’histoire de ce jeune garçon mort en ayant trop quitté le monde réel pour le monde virtuel ; un garçon pour lequel des questions se sont posés quant à son passé.
Je ne vais pas commenter chaque nouvelle, chacune ayant son propre intérêt.
Un recueil que tous les fans de Catherine, se doivent d’avoir et qui permettra sans nul doute à des personnes ne connaissant pas Catherine, de se faire une idée très précise de sa qualité d’écriture.

Le Bélial (Octobre 2008)437 pages 20.00 € ISBN : 9782843440830
Couverture : Philippe Caza

« il n’est guère surprenant que j’aie trouvé de vifs motifs d’intérêt et de plaisri dans des nouvelles commme « Vergiss mein nicht » et « L’Immaculée conception », qui mettent en scène, non sans jubilation, des relations divergentes d’évènements dérangeants. De tels évènements pourraient, bien entendu, apparaître dans des textes britanniques, mais je doute que leurs auteurs eussent manié l’équilibre de ces récits contradictoires sur un mode comparable. »

Brian Stableford

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *