Accros du roc de Terry Pratchett

Les Annales du Disque-Monde 16

Qui n’a pas été à un concert de musique. Qui n’a pas éprouvé cette sensation de frémissement qui part du bout de vos cheveux fourchus (ou pas, suivant votre shampoing), et qui dégringole tout le long de votre peau jusqu’à la pointe de vos orteils, jusqu’à vos ongles. Cette chair de poule qui couvre votre corps, lorsque l’orchestre prend son souffle, lorsque le chanteur n’a pas encore regardé son public, et que déjà, même avant la Musique, vous êtes déjà, dans ce silence, sous l’emprise de cette puissance.

DILVICH :
Terry Pratchett nous ouvre le monde de la Musique, par sa face rock, ou roc, pour le Disque – Monde. Avec toute la présence, la nécessité de cette présence qu’est la musique, mais aussi, avec tous les travers que l’homme a su y mettre. Toute son humanité. Par ce que c’est aussi de cela que ce volume nous parle, avec l’aide de LA MORT et sa petite fille, et en guest star, Monsieur Planteur, ” J’M’Tranche La Gorge “, Les mages, le bibliothécaire, les guildes… De l’humanité, de sa mortalité et de l’immortalité.

Donc, comme d’habitude, une réussite, on sourit, on rit, on réfléchit, sérieusement.

On dit qu’un texte dans la langue original est mieux. Mais dans le cas d’une ” traduction ” de Patrick Couton, y a-t-il vraiment une baisse de qualité ? Merci aussi à vous Monsieur le Traducteur !

J’ai trouvé le clin d’Œil, pour Magma, pour Buddy, et les autres mais pas pour Nore Noresson. Quelqu’un a une idée ?

ETIENNE:
Un tome qui fait un peu le pendant à celui consacré au cinéma (zzins d’olive oued). Il ne dépareille aucunement dans la série : bourré d’humour, de jeux de mots, d’allusions qu’on imagine intraduisibles et forcément réinventées par le traducteur (re-coup de chapeau donc). Du sexe, de la drogue et dur rock’n roll donc, enfin, une sur 3 ce qui n’est déjà pas si mal.

Bon, entendu, Pratchett manque singulièrement de clarté pour expliquer les aspects plus “cérébraux” du livre : il n’aborde que peu les raisons de cette nouvelle défection de la mort (déjà bien exploitée pourtant dans le faucheur) et nous balance 4 pages avant la fin une explication embrouillée sur la musique, la fameuse guitare et le passé/présent/futur. Mais on pardonne tout immédiatement et on enchaine avec le suivant !

L’Atalante (2000)412 pages 9.99 € ISBN : 2-84172-143-4
Traduction : Patrick Couton
Titre Original : Soul music (1994)

Couverture : de Jash Kirby

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *