Aradia de Tanith Lee

La petite Aradia va grandir dans l’adversité.
Il lui faudra faire face à de multiples difficultés pour parvenir à s’imposer à la vie.
Rapidement orpheline, la Jeune fille puis la femme devra surmonter beaucoup d’oppositions. La guerre, un mariage très précoce, la retraite suivant la défaite, la convoitise de certains hommes, la difficile reconnaissance de son statut ou encore s’acquitter de sa dette envers ses protecteurs.
Avec un mélange de chance et de volonté, elle prendra en main son destin.

La petite Aradia va grandir dans l’adversité.
Il lui faudra faire face à de multiples difficultés pour parvenir à s’imposer à la vie.
Rapidement orpheline, la Jeune fille puis la femme devra surmonter beaucoup d’oppositions. La guerre, un mariage très précoce, la retraite suivant la défaite, la convoitise de certains hommes, la difficile reconnaissance de son statut ou encore s’acquitter de sa dette envers ses protecteurs.
Avec un mélange de chance et de volonté, elle prendra en main son destin.

Dans un pays en guerre, une cité assiégée, la presque-enfant nommée Aradia apprend à faire face, et à survivre. A saisir au vol les étranges cadeaux du destin, et en en payer le prix. Pour une chance de vie gagnée pour un étranger dont elle ne peut oublier le visage, elle connaîtra l’exil, la solitude, le rejet. Projetée par d’étranges hasards au cŒur des batailles et des conflits dans un monde voué à se défaire, elle se verra parente encombrante, servante, protégée innocente, maîtresse méprisée, châtelaine en bute à des faisceaux de convoitises… Mais toujours elle restera celle que les Cartes de l’oracle ont désignée comme ” l’Héroïne du Monde “, l’élue de la déesse Vulmardra. Prête à parcourir le monde, l’abandonner et le vendre, pour celui qui, tour à tour traître, héros, ou libérateur, n’a jamais cessé de hanter sa mémoire.
Tanith Lee, consacrée par la critique internationale “Princesse Royale de la Fantasy” signe ici une fois de plus un roman unique en son genre, à la fois historique et intimiste, sombre et éclatant, comme seule la magicienne du Dit de la Terre Plate sait les orchestrer.

Oxymore INEDIT (Novembre 2003) pages ()
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *