Archipel des sorci

Archipel des sorcières (l’) 1

Sur l’Archipel de Mormort, la Mère Originelle est profondément troublée. Les sorcières, assoiffées du malheur des humains, sévissent et répandent la maladie. À l’aide de nombreux témoignages et appuyée par de Mark Harper, Ottavio et l’Ordre du Vaisseau blanc, Florence mènera l’enquête et essayera de comprendre pourquoi des visions d’horreur viennent la hanter depuis l’enfance.

Un excellent suspense de Jean-Nicholas Vachon qui met en scène des sorcières à l’époque actuelle, plus troublantes que celles qu’on retrouve dans les histoires pour enfants. Accompagné de témoignages qui favorisent sa crédibilité, le récit est dynamique et le découpage intelligent. Jean Nicholas fait foi d’une bonne culture générale, mais ce que j’ai apprécié le plus est l’amour qu’il a des mots et sa facilité de décrire des scènes mémorables.

” J’ahbite Carcassonne, en France. De ma fenêtre, je peux presque sentir la brise de la Méditerranée, cet air salin et vivifiant qui nettoie toute pensée sombre. La mer n’est pas très loin, mais je ne la vois pas. Je la sens, c’est tout. Un jour, je m’en approcherai.
Carcassonne, c’est un berceau dont les rebords font offcie de remparts, c’est une forte citadelle, une forteresse moyenâgeuse qui brave les siècles pour ravir les regards des touristes conquis. C’est un voyage dans le temps.
Je n’ai pratiquement aucun souvenir d’un autre lieu que ma ville bien aimée. Je suis née ici. Je n’y mourrai pas. J’ai trente ans, je suis malheureuse, et les consolations que je trouve à ma vie tourmentée sont rarement la mer, souvent l’alcool, toujours la haine. Je me réfugie alors dans la haine, une haine tenace et rude, spartiate, qui jamais ne fléchit. Je hais ce don. Je hais ces visions.
Des mains froides, même à travers le rêve, au bout d’innimbrables bras d’une blancheur bleuâtre qui se tendent. Elles se débattent, ces mains, elles demandent à être saisies. Elles implorent qu’on les secoure, qu’on les libère de la glace qui les cueille, jardinière de la mort. Elles sont là, elles bordent des visages crispés, ruent, arrachent, agrippent tout ce qui passe. Elles ont agrippé mon âme, l’ont gelée dans leurs misères mortelles, nouvelle victime de leur horreur. Elles me font mal et se consolent de ma douleur.
Florence est ébranlée, depuis l’enfance, par d’épouvantables visions dont elle ignore la provenance. Le brusque départ d’Agatha, sa mère adoptive, devient l’incident charnière qui la poussera à comprendre qui elle est, d’où elle vient, et qui est vraimetn cette femme qui l’a recueillie, mais qu’elle connaît, somme toute, très peu. Elle découvrira une vérité qu’elle n’aurait jamais pu soupçonner et dont le cours, qui la concerne, transforme son quotidien et celui de tous les habitants de la Terre.

Arion Fantastique (2004)335 pages ISBN : 2-921-49392-6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *