Assassin Royal (L’) de Robin Hobb

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 7.0/10 (2 votes pris en compte)

Gil : L’action se situe dans le royaume des Six-Duchés, qui subit l’agression répétée des pirates rouges, envahisseurs sanguinaires venus du nord. On suit les aventures de Fitz-Chevalerie, fils bâtard d’un des fils du roi, qui va devenir assassin du roi auquel on confiera les sales missions.
Fitz possède un don pour l’Art, qui lui permet de ressentir les émotions des êtres vivants qui l’entourent. Il évolue en permanence dans un climat de complots et sa vie est régulièrement mise en danger.

Sophie : : Cette saga raconte l’histoire de Fitz, enfant bâtard de la famille des Loinvoyant.
Au château de Castelcerf, le roi Subtil Loinvoyant règne sur les Six-Duchés. Il est aidé dans sa tâche par son fils Chevalerie qui comme son père et tous les membres de la lignée porte le nom de la qualité que ses parents espéraient le voir développer. Ainsi le frère du roi-servant s’appelle Vérité et leur demi-frère, né d’un second lit, Royal. Dans la famille Loinvoyant, le prince qui succèdera au roi s’appelle le roi-servant et se doit de le seconder.
L’histoire débute avec l’arrivée d’un enfant de six ans au château par un vieil homme qui ne veut plus s’en occuper. Il prétend qu’il est le bâtard de Chevalerie et qu’il ne peut plus l’assumer. Sa ressemblance avec son père ne faisant aucun doute, il est remis à la charge de Burrich, maître d’écurie et homme de main de Chevalerie. N’ayant pas d’autre prénom que « petit », celui-ci le surnom Fitz, qui signifie « fils illégitime d’un prince ». Et c’est entouré de chevaux, de chiens, du personnel des cuisines que Fitz passe ses premières années aux écuries du château. De son côté, Chevalerie renonce au titre de roi-servant et laisse son fauteuil à son frère, le prince Vérité. Il s’exile avec sa femme sur la terre de sa belle famille.
Quelques années plus tard, Fitz est demandé auprès du roi Subtil, son grand-père. Celui-ci lui propose un pacte : une bonne éducation, le gîte et le couvert au château, des vêtements… une vie comme tous les enfants de son age sans reconnaissance de sa lignée en échange d’une loyauté sans limites au roi.
C’est ainsi que Fitz se retrouve avec une chambre pour lui seul, va à l’école, est habillé de pied en cape. Et qu’une nuit, un homme prénommé Umbre surgit dans sa chambre pour lui apprendre les poisons, le meurtre, la trahison… Fitz devient l’assassin royal….

Sophie : J’ai eu la chance de pouvoir lire les 10 tomes à la suite et je ne m’en suis pas lassé. Bien au contraire, la fin du 10ème est arrivée trop vite. Je voulais en savoir plus, encore et encore…Bref, je suis tombée dedans et ne voulais plus en sortir.
Robbin Hobb écrit de telle manière que l’on ressent les personnages, leur caractère, leurs envies, leurs joies, leurs pleurs. De même, le descriptif des lieux est d’une finesse que l’on sent la sueur du cheval après une course, les mûrs humides et l’odeur des pierres, de charogne, des foins. On entend le bruit des pas des personnages, des sabots sur le sol pavé ou en campagne. J’ai vécu cette histoire avec tous les personnages, j’étais avec eux.
Certaines critiques disent que cette aventure à celle du Seigneur des Anneaux de Tolkien. Je les rejoins complètement. Les rebondissements, les revirements, tout est là pour faire de cette aventure un moment de lecture que l’on ne veut quitter.
Il n’y a pas de mot pour décrire à quel point c’est passionnant et très bien écrit.
A lire sans modération.
A posséder dans sa bibliothèque pour le relire sans soif

Assassin Royal (L’) de Robin Hobb, 7.0 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *