Aux Fronti

Nick journaliste reporter italien (on peut même le préciser, Turinois) se trouve au musée de Bâle quand il rencontre pour la première fois Vic (surnom de Victoria Altieri) femme d’un professeur d’université spécialiste de la mauvaise époque de l’Allemagne et basant toutes ses recherches sur la théorie du chaos. Et quelle rencontre !! La demoiselle vomit sur les chaussures de notre journaliste après une transe hypnotique en face de l’île aux Morts, toile du fameux Arnold Böcklin . Pas de doute pour l’ami Nick, Vic est victime du syndrome de Stendhal, montré par Dario Argento dans un de ces films : une hypersensibilité à une oeuvre d’art et pfff rien ne va plus ! Pour Vic, c’est autre chose, elle s’est vu dans la peau d’un officier SS présent dans le bunker à la période où l’Allemagne allait chuter et elle ne veut pas en démordre. Les vertiges, nausées ? Rien à voir avec le syndrome de Stendhal, la belle est enceinte.S’en suivra une complicité entre Nick qui n’est pas n’importe qui car en plus d’aimer la musique au point d’être parolier d’un groupe, il se révèle aussi être un ancien élève du mari de Vic (vous me suivez toujours) ce qui va entrainer des complications certaines comme vous l’imaginé. De plus, les transes de notre amie se reproduisent à chaque fois qu’elle voit une des versions de l’île aux morts, car ils en existent plusieurs et à chaque fois, elle se retrouve dans la peau d’un autre proche du Führer…

Tout est dit au-dessus. Si on pouvait être intéressé par le concept, l’histoire ne mène nulle part! On ne sait ni pourquoi c’est elle qui vit ça, ni dans quel but (faut il qu’elle révèle au monde la réelle mort d’Hitler). Les personnages ont des comportements incohérents et le tout pour se retrouver à la fin dans la même situation qu’au début. Hum, hum… Ca va qu’il est pas long !

Nick journaliste reporter italien (on peut même le préciser, Turinois) se trouve au musée de Bâle quand il rencontre pour la première fois Vic (surnom de Victoria Altieri) femme d’un professeur d’université spécialiste de la mauvaise époque de l’Allemagne et basant toutes ses recherches sur la théorie du chaos. Et quelle rencontre !! La demoiselle vomit sur les chaussures de notre journaliste après une transe hypnotique en face de l’île aux Morts, toile du fameux Arnold Böcklin . Pas de doute pour l’ami Nick, Vic est victime du syndrome de Stendhal, montré par Dario Argento dans un de ces films : une hypersensibilité à une oeuvre d’art et pfff rien ne va plus ! Pour Vic, c’est autre chose, elle s’est vu dans la peau d’un officier SS présent dans le bunker à la période où l’Allemagne allait chuter et elle ne veut pas en démordre. Les vertiges, nausées ? Rien à voir avec le syndrome de Stendhal, la belle est enceinte.S’en suivra une complicité entre Nick qui n’est pas n’importe qui car en plus d’aimer la musique au point d’être parolier d’un groupe, il se révèle aussi être un ancien élève du mari de Vic (vous me suivez toujours) ce qui va entrainer des complications certaines comme vous l’imaginé. De plus, les transes de notre amie se reproduisent à chaque fois qu’elle voit une des versions de l’île aux morts, car ils en existent plusieurs et à chaque fois, elle se retrouve dans la peau d’un autre proche du Führer…

Flammarion Imagine (2001) pages ISBN : 2-080-67891-4 ()
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *