Balafrée de Michel Robert

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 7.8/10 (4 votes pris en compte)

“Ne renonce jamais.”
Ce credo hérité de sa mère, Malken est bien décidée à en faire la ligne directrice de sa vie.
Evadée pour ses 16 ans de Brise-Espoir, la forteresse des humains qui l’a vue grandir et mourrir sa mère, sauvée in extremis par Ketchack le puissant guerrier orkhaï, elle ne renoncera pas. Sa vie va même devenir mouvementée.
Enrôlée dans la guerre qui oppose les fils des Clans aux méprisables humains, mais seulement pour nettoyer l’infirmerie à cause de son (trop) fort caractère, c’est au péril de sa vie, armée de son balai et de son seau, qu’elle sauve celle de la quaestrice Valéna d’Aubépine.
Cette dernière, en remerciement, l’envoie suivre les enseignements des Soeurs du Regret, qui lui donneront l’entraînement nécessaire afin qu’elle puisse enfin prendre part à la bataille.
“Ne renonce jamais.”
Désoeuvrée au retour de son entraînement, elle va gâcher le prestige qu’elle a si chèrement acquis en assistant, puis finalement en participant, à des combats interdits. Attitude qui provoquera l’ire de Rorqual, le seigneur de guerre des Clans et maître de son destin militaire.
Mais ce dernier, convaincu par la quaestrice dont il est secrètement épris,lui évite le bagne de l’Île de Fer en l’intégrant à l’escouade des Bannis, menée par Sylean Coeur-Froid.
Et c’est là, en compagnie de Rico, Nocte, Skagg, Vagris et Ekaros qu’elle va révéler son potentiel et pouvoir déchaîner sa rage…

Pour moi qui suis un novice dans le monde de la fantasy, je dois avouer que l’idée d’une héroïne plutôt que d’un héros m’a tout d’abord surpris, mais après quelques pages, on ne peut qu’être convaincu.
Le caractère de l’héroïne, sa détermination, en font un personnage attachant et captivant.
Je n’aurais donc que ces 3 mots à ajouter (Michel si tu me lis…) : Vivement la suite!

Fleuve Noir (Octobre 2010) – Rendez-Vous Ailleurs – 489 pages – 19.90€ – 9782265088641

Couverture : Julien Delval

Balafrée n’oublie rien.
Ancienne esclave, la fille des Nashaïs se souvient de la mort de sa mère. Elle se souvient aussi du meurtrier, et dans quelles circonstances elle a gagné son surnom. Balafrée n’oublie rien, non. Une mémoire qui fait d’elle une impitoyable guerrière des Clans sauvages, tant l’ensemble de son être se résume en un mot : vengeance. Ici s’ouvre son histoire.

Balafrée de Michel Robert, 7.8 out of 10 based on 4 ratings

3 commentaires sur “Balafrée de Michel Robert”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *