Barry Trotter et le cheval Mort de Michael Gerber

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)


Barry Trotter 3

– J’aimerais réserver les Beatles pour le bal de notre école, déclara Ermine, confiante.
– Ca va coûter cher, dit l’homme en sortant un classeur plein de tarifs. Vous pouvez mettre combien ?
– Cent Gallons, lui répondit Ermine.
– Vous plaisantez ! s’esclaffa-t-il. Avec ça, je pourrais vous avoir un 2b3, peut-être. Vous avez entendu parler des Musclés ? Ca marche bien pour les « fêtes d’ambiance »…

Barry Trotter ne grandit pas. Non, nous ne voulons absolument pas dire par là que l’âge intellectuel de notre célébrité n’évolue pas ; il est vraiment atteint de jeunasthasie, entendez par là qu’à 30 ans, il ressemble toujours à un ado.
Fâché de ne pas être plus présentable, il fera quelques séances avec le docteur Ventoline, psychiatre de l’école, pour percer les mystères de ce bien étrange mal… Et que ceux qui ne sont pas d’accord pour avoir l’explication aille lire ailleurs !

Encore !!! Mais quand Michael comprendra-t-il enfin que la vie de son abject personnage nous importe peu (pour ne pas dire pas du tout). Moi, si je l’ai lu c’est parce j’ai reçu la visite de Luigi et Muerte, me demander pas comment ils ont connu mon adresse, je ne le sais pas moi-même !!
Soyons plus sérieux, voilà ce que donne la lecture de Barry Trotter, une des oeuvres les plus « décalée » que j’ai pu lire.
Oh bien sûr, vous en entendrez dire qu’il est facile de surfer sur le succès de l’autre magicien pour vendre… N’empêche que…
J’ai bien ri du début à la fin, l’extrait plus haut, montre bien le type de dialogue qui se reproduit tout au long du récit. Pourtant, je trouve qu’il y a plus de « vraie » histoire et de réelle intrigue dans ce troisième volume comparativement au premier où l’on peut avoir le sentiment que tout allait dans tous les sens. J’en viendrais presque à éprouver de l’affection pour le personnage de Barry, mal entouré qu’il est.

Je recommande spécialement aux personnes qui comme moi ont apprécié le petit Potter. Parce que quand même, pour apprécier toutes les subtilités de Trotter, il faut bien connaître son petit frère…

A prendre au nième degré…au moins !

Les deux précédents livres de Barry Trotter de Michael Gerber se sont vendus à 600 000 exemplaires à des gens partout dans le monde qui devraient vraiment être moins naïfs. Alors, quand Mike a annoncé qu’il voulait en écrire un sur l’enfance de Barry et ses visites chez le psy, vous pensez bien qu’on a sorti notre plus beau « quelle bonne idée ! » et qu’on a accepté. La visite amicale de Luigi et Muerte, les nouveaux « Consultants pour la Sécurité et les Relations avec l’Editeur » de Mike, nous a rendus encore plus « enthousiastes ».
Et parcequ’il s’agit d’une « prequel » (terminologie technique anglo-saxonne pour désigner un « rajout de dernière minute artistiquement injustifié, mais financièrement pertinent, à une série de livres au succès surprenant »), vous n’avez aucun besoin de lire, ni BARRY TROTTER ET LA PARODIE EHONTEE, ni BARRY TROTTER ET LA SUITE INUTILE. Même si Luigi et Muerte pensent que vous feriez mieux de le faire. Et ils savent où vous habitez. Pour de vrai.

Bragelonne (Aout 2006)281 pages 9.99 € ISBN : 2-915-54994-X
Traduction : Alain Nevant
Titre Original : Barry Trotter and the Dead Horse
Couverture : David Wyatt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *