Bestialit

Miarka avait prévu le retour du Comte de la Fresnaye de longue date, car une malédiction, qu’elle avait lu dans ses mains, va bientôt se réaliser.
Et cela impacte non seulement le comte mais aussi sa fille Elisabeth et cette étrange créature que le Comte a ramené des Indes.
Le temps presse…

Bestialité est sans aucun doute possible un bon roman fantastique gothique… En tout cas, nous y retrouvons tous les ingrédients.
La lecture est plaisante mais pourtant je suis resté un peu sur ma faim : je pense sincèrement que l’action aurait gagné à être plus développée ce qui aurait permis d’éviter cette impression de fatalité qui plane sur l’ensemble du récit.
Car c’est là le point faible du récit : nous avons l’impression que tout est écrit et qu’il n’est absolument pas possible de faire dévier la malédiction. Pire, il n’y a aucune force d’opposition qui permettrait de contrebalancer l’hérédité bestiale des jeunes filles.
Même dans les combats, on a l’impression que le combat est perdu / gagné d’avance (le perdu / gagné dépendant du côté où l’on se place)
Bref une lecture agréable mais qui mériterait réellement un développement…

Miarka avait prévu le retour du Comte de la Fresnaye de longue date, car une malédiction, qu’elle avait lu dans ses mains, va bientôt se réaliser.
Et cela impacte non seulement le comte mais aussi sa fille Elisabeth et cette étrange créature que le Comte a ramené des Indes.
Le temps presse…

Dans le grenier de son château en Sologne, le comte de la Fresnaye cache un terrible secret, un secret qu’il vient de ramener de son long séjour aux Indes. Sa fille, Elisabeth, est profondément intriguée par les bruits étranges et les grognements qui émanent parfois des combles verrouillés.
Au coeur de la forêt qui environne le manoir, les nuits de pleine lune, une étrange adolescente aux cheveux noirs se baigne nue dans l’étang. Qui est-elle ? pourquoi sa présence semble-t-elle si maléfique ?
Seule Miarka, la bohémienne qui sait déchiffrer le passé et l’avenir dans les lignes de la main, possède la réponse… Car elle connaît le mystère de la bestialité. Décidera-t-elle, malgré tout, de protéger Elisabeth contre cette terrible malédiction ?

Nuit d’Avril (Decembre 2005)117 pages 11.90 € ISBN : 2-350-72015-2 Couverture : Michelle Blessemaille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *