Ca de Stephen King

En regardant les différents titres de Stephen King que nous avions chroniqués, et peut-être aussi parce que je suis actuellement en train de lire celui qu’il a co-écrit avec son fils Owen (Sleeping Beauties) dont vous aurez une chronique prochainement, j’ai remarqué que manquait un des titres qui aura terrorisé – et qui terrorise encore j’en reste persuadé – de nombreux jeunes et moins jeunes.

On plante le décor, nous sommes à Derry petite ville du Maine, où tout semble tourner rond : les enfants vont à l’école, les plus faibles se font martyriser par les plus forts, sous la houlette de Henri Bowers.

Mais voilà, le jeune George Denbrough meurt, victime de ce qui semble être un tueur en série, une série qui semble se répéter tous les 30 ans mais que les habitants de la belle ville de Derry semble oublier, jetant un voile pudique ou victime d’une coupable amnésie. Mais le club des “ratés”, composés de Billy (frère de Georges), Richie, Eddie, Stan, Ben, Beverly et Michael ne veut pas laisser “ça” puisque c’est ainsi qu’ils vont le surnommé, continuer à tuer les enfants.

Ensemble, ils vont le combattre d’abord jeune puis ensuite à l’âge adulte.

La force de ce roman est cette relation que les jeunes arrivent à construire pour lutter quelque chose qui les dépasse largement, cette terreur que Stephen King va nous insuffler et qui va petit à petit nous faire plonger dans une horreur de plus en plus marquée jusqu’au combat final.

Ca reste pour moi une des oeuvres majeures de l’auteur, montrant la force de cette jeunesse, et notamment de cette jeunesse mise à l’écart et chahutée. Cette jeunesse qui sera récompensée dans leur vie d’adulte en devenant écrivain, comique, … à l’exception de Michael Hanlon qui restera à Derry pour veiller et battra le rappel des troupes.

Cette oeuvre majeure à par ailleurs fait l’objet d’une adaptation en téléfilm sous le titre Il est de retour ou Il est revenu mais aussi l’année passée d’un long métrage.

Tome 1 : Novembre 1988 – 627 pages  – 23,00€ –

Tome 2 : Novembre 1988 – 617 pages – 23,00€ – 9782226034540

Traducteur : William Olivier Desmond
Tout avait commencé juste avant les vacances d’été quand le petit Browers avait gravé ses initiales au couteau sur le ventre de son copain Ben Hascom. Tout s’était terminé deux mois plus tard dans les égouts par la poursuite infernale d’une créature étrange, incarnation même du mal. Mais aujourd’hui tout recommence. Les enfants terrorisés sont devenus des adultes. Le présent retrouve le passé, le destin reprend ses droits, l’horreur ressurgit. Chacun retrouvera dans ce roman à la construction saisissante ses propres souvenirs, ses angoisses et ses terreurs d’enfant, la peur de grandir dans un monde de violence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *