Cauchemar à Staten Island de Gilles Bergal

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.5/10 (2 votes pris en compte)

La Nuit des Hommes Loups 1

De bien étranges choses se passent sur les quais de Staten Island. Un groupe de voleurs s’introduit pour voler des denrées périssables notamment mais sans égard pour la valeur des marchandises. Le pire semble être que les gardiens employés pour surveiller les entrepôts semblent systématiquement mêlés aux cambriolages.
C’est pour cela que le patron de la société fera appel à Coogan, ancien flic dont l’alcoolisme a ruiné la vie tant personnelle que professionnelle.
Ses premiers constats n’ont de cesse de l’inquiéter.

Cauchemar à Staten Island est le genre de roman qu’il est plaisant de lire pour se donner quelques frayeurs, et le fait qu’il soit paru dans la collection Gore de Fleuve Noir n’est certes pas du à un hasard.
Il n’est pas grand besoin de chercher du second degré (à moins que je ne sois passé totalement à côté, ce qui est aussi possible) mais la lecture au premier degré va déjà vous permettre de passer un très bon moment.
Une recherche de la cause de la disparition des gardiens mettra notre détective sans le sou sur la piste d’étranges créatures. Quelles en sont les origines ? Seules quelques pistes sont avancées mais uniquement comme un questionnement du principal protagoniste, une pensée que n’importe qui aurait eu dans ces conditions pour le moins étrange.
Un roman qui sera republié l’année prochaine chez Rivière Blanche…

Coogan accepte n’importe quel job pour payer les frais d’hospitalisation de sa fille. Ce qui l’amène à faire des rencontres peu agréables : gardien de nuit sur les quais New-Yorkais dans Cauchemar à Staten Island, il doit affronter des créatures aquatiques et cannibales. Et à peine s’est-il tiré des griffes de ces monstres qu’on lui demande de retrouver un gamin disparu dans La nuit des hommes-loups. Banal enlèvement d’un enfant par son père ? Pas quand on sait que le père fricote avec des gens étranges, qui croient se transformer en loups-garous à chaque pleine lune. Mais les loups-garous ne sont-ils vraiment qu’une légende ?
Black Coat Press Riviere Blanche (Février 2008)392 pages 9.99 € ISBN : 9781934543184 Couverture : Matt Haley
Fleuve Noir 1986ISBN : 2-265-03451-7
QuatrièmeLe marin ne hurla pas longtemps. Le bras qui l’avait privé de son arme revint à la charge. Les larges griffes qui le terminaient taillèrent sans peine dans la gorge offerte.

Un flot de sang jaillit et inonda la créature, l’éclatante couleur écarlate tranchant sur le blanc de sa peau.

Cauchemar à Staten Island de Gilles Bergal, 9.5 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *