Cavalier Blanc : Alice d’Eli Esseriam

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 10.0/10 (1 vote pris en compte)

Apocalypsis – Tome 1

Alice est une jeune très intelligente, mais totalement asociable… Elle ne bénéficie d’aucun ami et vit sa vie de lycéenne tranquillement, entourée de 2 parents aimants. La révélation de certains dons, et de l’utilisation qu’elle est censé en faire va bouleverser sa vie mais elle avait senti qu’elle avait un destin particulier.

L’enfer est pavé de bonnes intentions. Tu viens de carreler toute une cuisine

Premier volume d’un cycle en 5 tomes, Cavalier Blanc : Alice nous présente donc le premier des cavaliers de l’apocalypse en la personne d’Alice. Le récit va nous apprendre rapidement ses pouvoirs (essentiellement de suggestion) et nous permettre de connaître un peu mieux ce qui entoure la fameuse venue des cavaliers de l’Apocalypse.

Même si cette “mythologie” est présente dans de nombreuses croyances, on sent dans son déroulé un appui plus important sur la vision chrétienne du sujet. Cela n’est bien entendu pas un problème, le centre de l’histoire étant bien axé sur la façon dont la jeune fille va appréhender son rôle et de quel manière elle va accepter de s’impliquer dans la sélection des âmes devant être sauvées… Cela ne se fera bien sûr pas sans difficulté, car bien qu’étrangement insensible aux sentiments, elle en a pourtant quelques uns vis-à-vis de ces parents et d’un de ses camarades de classe.

Le récit est bien rythmé mais un tantinet court, la découverte des dons, de la mission et son acceptation étant rapidement “acquis”.

Le premier chapitre est disponible sur le site de Matagot et vous pourrez découvrir un “teaser” sur ce site.

Matagot – Nouvel Angle (Octobre 2011) – 238 pages – 14,90€ – 9782354501785

Couverture : Aurélien Police

La fin du monde est proche.
Ils sont quatre jeunes de 17 ans : Alice, Edo, Maximilian et Elias.
Ils sont les cavaliers de l’apocalypse.
Ils n’épargneront que 14400 âmes. En ferez-vous partie ?

“Cela doit très reposant, parfois, d’être une personne lambda, destituée de toute responsabilité, lovée dans l’ignorance de tout ce qui se joue dans des sphères plus élevées. Pour la première fois, je les regarde avec une sorte de jalousie contenue. La fin du monde, pour eux, se définit par une mauvaise note en latin, déchirer son pantalon au niveau des fesses ou se faire larguer devant tout le monde dans la cour du lycée.” 

Cavalier Blanc : Alice d'Eli Esseriam, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *