Cavalier Rouge : Edo d’Eli Esseriam

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 10.0/10 (1 vote pris en compte)

Apocalypsis – Tome 2

D’origine serbe, Edo Halilovic est un jeune homme qui vivote de larcins et de combats, vivant de façon très précaire avec une famille composée d’un père alcoolique, d’une mère obligé de travailler parfois de son corps et d’un petit frère qui est son seul rayon de soleil. Totalement déscolarisé, sa violence et sa colère semble largement contagieuse et il va bientôt voir à quel point cela est vrai.

Fatalement, y a un moment où je suis quasi obligé de caler une petite gifle, histoire de remettre de l’ordre dans les idées. Et là, ils se mettent toujours à beugler, comme si c’était surprenant. Mais moi je suis pas Gandhi ou Luther King. Ni leur petit Jésus. Je tends pas l’autre joue. Au mieux, je tends le front, pour mettre un coup de tête propre et efficace.

Edo est le second cavalier de l’Apocalypse que nous présente Eli après Alice, le cavalier blanc. Comme pour le premier (cavalier), nous découvrons un adolescent en marge, mal dans sa peau et très peu intégré socialement. Tout comme Alice, Edo ne semble ressentir qu’indifférence vis-à-vis du reste du monde, excepté pour Anel son jeune frère pour qui il est prêt à tous les sacrifices (tout comme Alice semble proche de ses parents d’adoption).

Contrairement au premier volume, où je trouvais que le roman était trop court et avait pour conséquence que l’acceptation de son « pouvoir » par Alice était bien trop rapide, dans ce deuxième volume, cette appropriation est plus longue et passe par un certain nombre d’étapes, parmi lesquels le scepticisme.

Le récit est très dur, tout comme l’est la vie d’Edo, et on comprend toute la haine que peut accumuler le jeune homme. Pourtant, il aura des âmes à sauver, alors comment les identifier quand on refuse toute forme d’humanité ? Et c’est en cela que le récit est bien construit parce que partant de loin, Edo va apprendre à apprécier un certain nombre de personnes.

Ce récit est aussi l’occasion de se rendre compte qu’il y a bien sûr les Cavaliers de l’Apocalypse mais que finalement, un contre-pouvoir, comme d’habitude, existe.

Matagot – Nouvel Angle (Février 2012) – 238 pages – 14.90€ – 9782354502089
Couverture :
Aurélien Police.

La fin du monde est proche. Ils sont quatre jeunes de 17 ans : Alice, Edo, Maximilian et Elias.
Ils sont les Cavaliers de l’Apocalypse.
Ils n’épargneront que 144000 âmes. En ferez vous partie ?

« J’ai fait ouvrir le sol sous leurs pieds. J’ai fait tomber le feu sur leur manteaux. J’ai fait abattre la foudre sur leurs têtes. Sous mes pieds, la terre était stable et solide. J’étais au milieu des flammes mais elles me léchaient sans me mordre. Les éclairs m’éblouissaient sans me frapper. C’était merveilleux. J’étais le coeur de la Nature. Le cinquième élément dans un corps qui se fatiguait doucement. »

Edo

Cavalier Rouge : Edo d'Eli Esseriam, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *