Chien du Heaume de Justine Niogret

Alors qu’elle accompagne une jeune fille, Chien du Heaume est attaquée par un archer payé pour l’occasion. Se protégeant derrière l’enfant, Chien du Heaume tueras ensuite l’imprudent…
Cette violence de la jeune femme lui vient de son histoire, l’histoire d’une femme seule qui cherche son nom et qui tentera de le découvrir en voyageant à travers le continent

Allan :

Chien du Heaume casse un peu l’habituel schema des femmes dans la fantasy… Les guerrières sont généralement de jolies demoiselles aux atouts surdéveloppés… Ce sera donc avec une fille au physique a priori ingrat – en tout cas c’est ainsi qu’elle se perçoit – que nous voyagerons à travers une quête d’identité qui se révèlera pour le moins compliquée.
Ce qui détonne dans ce roman est donc d’abord cette personnalité, violente, irascible et en même temps perdue.
Le personnage est intéressant, de même que sa quête, mais arrivé à la dernière page, je me suis demandé où voulait nous emmener son auteur car je suis resté un peu sur ma faim, n’ayant finalement la dernière page atteinte que peu d’informations supplémentaires sur le qui, le quoi, le comment et le pourquoi de cette histoire.
Cela ne la gâche en rien car nous passons réellement un excellent moment grâce à Justine.

Christophe :

Effectivement, ce roman dénote par rapport au reste. Tout d’abord parce qu’il n’amène pas une saga où les rois, les héros et les chevaliers se combattent au cours de batailles et d’intrigues gigantesques. Le cadre que nous propose l’auteur est plus intime et plus réaliste, il traite de la vie, des réflexions et des doutes des guerriers durant l’époque du haut moyen âge, période où le paganisme perdait du terrain par rapport au christianisme et où les petits châtelains de campagne étaient légion. Il s’agit donc plus d’une histoire dépeignant une atmosphère où le mode de vie des personnages est décrit sans concession. L’écrivain passionné par cette époque propose à la fin de l’ouvrage un petit lexique abattant les idées reçues à la hache. L’écriture s’adapte au concept, faisant la part belle aux récits des personnages, si bien qu’on a l’impression durant la lecture, de se retrouver au coin du feu avec un conteur à notre gauche. Un livre à découvrir donc.

Alors qu’elle accompagne une jeune fille, Chien du Heaume est attaquée par un archer payé pour l’occasion. Se protégeant derrière l’enfant, Chien du Heaume tueras ensuite l’imprudent…
Cette violence de la jeune femme lui vient de son histoire, l’histoire d’une femme seule qui cherche son nom et qui tentera de le découvrir en voyageant à travers le continent

“On l’appelle Chien du Heaume parce qu’elle n’a plus ni nom ni passé, juste une hache ornée de serpents à qui elle a confié sa vie. La quête de ses origines la mène sur les terres brumeuses du chevalier Sanglier, qui règne sans partage sur le castel de Broe. Elle y rencontre Regehir, le forgeron à la gueule barrée d’une croix, Lynge, le jeune guerrier à la voix douce, mais aussi des ennemis à la langue fourbe ou à l’épée traîtresse. Comme la Salamandre, cauchemar des hommes de guerre…

On l’appelle Chien du Heaume parce qu’à chaque bataille, c’est elle qu’on siffle.

Dans l’univers âpre et sans merci du haut Moyen Âge, loin de l’image idéalisée que l’on se fait de ces temps cruels, une femme se bat pour retrouver ce qu’elle a de plus cher, son passé et son identité.”

Justine Niogret a tout juste trente ans et vit en Bretagne, à deux pas de la forêt de Brocéliande. Amoureuse de la fantasy et du Moyen Âge, elle approfondit ses connaissances romanesques et théoriques en pratiquant la forge et l’équitation. Chien du Heaume est son premier roman.
Mnemos Icares (Novembre 2009)214 pages 18.00 € ISBN : 9782354080662 Couverture : Johann Bodin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *