Chroniques d

Hé non. Rien avoir avec Druss la légende. On a bien un guerrier sur le retour, maniant à plaisir une énorme hache, mais là s’arrête toute comparaison.
Les Chroniques d’un guerrier Sînnam nous offre un récit d’héroic fantasy complet, mêlant combat et quêtes personnelles, mais aussi une certaine poésie. Chaque personnage, que l’on découvre au présent mais aussi au passé, grâce aux petits paragraphes inclus à chaque début de chapitre, n’a rien de superficiel. Le monde que nous décrit Nicolas Jarry est complet, le lecteur le parcours, le découvrant comme Nambi, grâce à son guide le Chevalier. De petite note explique les termes inventés, distance, monnaie, ce qui devrait faire plaisir aux lecteurs allergiques à l’invention de vocabulaire pour « dépayser ».

Nous sommes, Sire Asquin, Loup de Deb, celui dont la hache a taillé une légende à sa démesure, celui qui n’a plus que la mort elle-même à terrasser.
Nous sommes, Nambi Lavone, fils spirituel de Messed et réincarnation de Fankarin, guerrier Sînnam et tueur de Nymphe.
Et enfin nous sommes, Donosson de la Bellecroyance, maître d’armes et maître cuisinier. je suis le porteur du fléau à trois branches

Asquin de Deb a tiré une croix sur son passé de chevalier errant. Seuls comptent pour lui désormais les souvenirs partagés avec ses vieux compagnons d’armes, et les grands vins qu’il amasse avec jalousie dans sa cave.

Mais on ne conjure pas aussi facilement les ombres des temps anciens. le massacre sauvage d’une famille de fermiers placée sous sa protection replonge Asquin au coeur de l’époque sanglante qu’il croyait révolue. Pour l’amour de l’aventure, de l’honneur, et pour quelques bouteilles de vin, il redeviendra le Loup de Deb.
Mnemos Icares fantasy Couverture : Vincent Dutrait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *