Coeurs perdus en Atlantide de Stephen King

Cette oeuvre du maître de l’épouvante nous plonge dans l’amérique profonde à trois périodes différentes : le seul point commun entre les histoires est Caroll, femme dont chacun des héros est tombé amoureux… Pour ménager le suspens, nous vous proposerons le résumé que de la première histoire.

Crapules de bas étages en manteau jaune :

Bobby, dont le père est mort en laissant sa famille dans une situation difficile, vit seule avec sa mère. Nous sommes en avril 1960 et par une chaude journée, un nouveau locataire arrive dans le batiment de la famille Garfield avec des valises en carton et trois sacs de papier.

L’effet sera immédiat, Liz, la mère de Bobby éprouvera dès le départ un sentiment de méfiance vis à vis du vieil homme au contraire de bobby qui se présentera tout naturellement à Ted, puisque c’est son nom…

C’est l’anniversaire des onze de Bobby et il va retrouver ses amis Caroll et Sully John. Il rencontrera et fera connaissance avec son nouveau voisin en rentrant de la bibliothèque et recevra Sa majesté des mouches de la part du vieil homme qui lui demandera de l’avertir s’il rencontre des crapules de bas étages en manteau jaune mais lui demande aussi de veiller sur un certain nombre d’indices de leur présence.

Pensant à une légère folie du vieil homme, Bobby n’en tiendra pas compte jusqu’à ce que ces fameux signes n’apparaissent…

Salué, chose assez rare pour le signaler, par la critique (notamment le Figaro), la période des Etats-Unis qu’à choisi de présenter Stephen King est toujours placé sous le signe du fantastique : bien que l’aspect étrange soit très long à apparaître, nous pouvons dès le départ présager que d’étranges phénomènes gravitent autour de cet homme surgi de nulle part et n’ayant aucun passé ; son inquiétude axé sur les crapules de bas étages, tend à nous faire penser à de la schizophrénie… Pourtant, nous comprendrons que cette nouvelle est une touche supplémentaire à l’immense fresque de la quête de la Tour Sombre. Ce qui est le point négatif de l’oeuvre car, pour une personne non initié à l’histoire de King, la fin pourra paraitre baclée…

Cette oeuvre du maître de l’épouvante nous plonge dans l’amérique profonde à trois périodes différentes : le seul point commun entre les histoires est Caroll, femme dont chacun des héros est tombé amoureux… Pour ménager le suspens, nous vous proposerons le résumé que de la première histoire.

Crapules de bas étages en manteau jaune :

Bobby, dont le père est mort en laissant sa famille dans une situation difficile, vit seule avec sa mère. Nous sommes en avril 1960 et par une chaude journée, un nouveau locataire arrive dans le batiment de la famille Garfield avec des valises en carton et trois sacs de papier.

L’effet sera immédiat, Liz, la mère de Bobby éprouvera dès le départ un sentiment de méfiance vis à vis du vieil homme au contraire de bobby qui se présentera tout naturellement à Ted, puisque c’est son nom…

C’est l’anniversaire des onze de Bobby et il va retrouver ses amis Caroll et Sully John. Il rencontrera et fera connaissance avec son nouveau voisin en rentrant de la bibliothèque et recevra Sa majesté des mouches de la part du vieil homme qui lui demandera de l’avertir s’il rencontre des crapules de bas étages en manteau jaune mais lui demande aussi de veiller sur un certain nombre d’indices de leur présence.

Pensant à une légère folie du vieil homme, Bobby n’en tiendra pas compte jusqu’à ce que ces fameux signes n’apparaissent…

Le Livre de Poche (Mars 2003)669 pages 6.50 € ISBN : 2-253-15140-8
Traduction : William Olivier Desmond
Titre Original : Hearts in Atlantis (1999)

Couverture : davidpaire.com
Albin Michel 2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *