Condamnation de Richard Baker

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Séquence :de la guerre de la reine araignée n°3
Des sables brûlants de l’Anauroch jusqu’aux dédales souterrains de l’Outreterre, la quête épique des compagnons drows visant à découvrir l’essence même de la Reine Araignée se poursuit. Quelles sont les raisons du Silence de Lolth ? La déesse reviendra-t-elle auréolée d’une puissance accrue ou a-t-elle définitivement abandonné ses enfants, les drows ? Ces derniers, empêtrés dans leurs propres intrigues, sont-ils voués à la condamnation ?
Milady :Troisième tome de la séquence de la guerre de la reine araignée, ce roman, comme les deux précédents propose une traduction identique à celle de Fleuve Noir parue en 2004, et n’aura donc que peu d’intérêt pour le lecteur des Royaumes Oubliés qui connait déjà cette séquence.
Les qualités et défauts de ce roman sont donc les mêmes, évidemment. On retrouve cette première partie longue et inintéressante durant laquelle l’auteur raconte des faits n’apportant rien à l’aventure, et sans réussir à captiver le lecteur. Vient ensuite la deuxième partie bien meilleure, mais une fois le roman terminé, on a cette impression de ne pas avoir beaucoup avancé depuis le début, ce qui peut être un peu dérangeant quand on en est déjà à trois romans.
Les amateurs de combats par contre seront sans doute ravis, car ils sont ici nombreux et magnifiquement décrits. Mais à la manière d’un film d’action où les combats s’enchaînent sans que l’intrigue qui se trouve derrière n’avance beaucoup, on à un peu tendance à s’ennuyer, d’autant plus quand on découvre l’histoire pour la deuxième fois à cinq ans d’intervalle.

Les lecteurs qui découvrent cette séquence pour la première fois, et qui apprécient l’univers d’Outreterre trouveront donc peut-être leur bonheur ici. Par contre, les anciens lecteurs qui avaient déjà découvert la séquence en 2004 chez Fleuve Noir ne trouveront ici aucune valeur ajoutée.

Fleuve Noir : Il faut bien l’avouer, si ce roman n’avait pas été un numéro de la collection “Les Royaumes Oubliés” et s’il n’avait pas été le troisième roman de cette séquence dont j’ai pas mal apprécié les deux premiers, il y aurait eut de fortes chances que j’en abandonne la lecture avant la fin.
Pourquoi ? Parce que la première moitié de ce livre est vraiment longue, lente, et surtout inintéressante. A croire que l’auteur a seulement voulu allonger son livre en racontant d’abord ces faits qui n’ont aucun intérêt dans l’histoire mis à part le fait de la faire tourner en rond. A tel point qu’on se rend compte que la première moitié du livre pourrait tout bonnement être supprimée sans que ça n’entache l’intrigue de la séquence.
De plus, pendant cette première moitié, je n’ai pas du tout retrouvé le talent d’écritude de Richard Baker que j’avais très apprécié dans “Le nid de corbeaux”.

Fort heureusement, les choses changent sensiblement passé la moitié du livre. L’histoire devient bien plus intéressante, et si certains passages tournent encore un peu en rond, ils ont au moins l’intérêt de nous proposer des décors que l’on ne rencontre pas souvent lorsqu’on lit les aventures d’elfes noirs. Le style d’écriture de l’auteur devient alors bien meilleur, et on retrouve des idées originales comme il avait pu en proposer dans “Le nid de corbeaux”.
Dans ce roman, les combats sont une fois encore très nombreux. Les amateurs d’Ombre-Terre savent très bien que cette partie de Féérune est habitée de peuples violents en guerre perpétuelle, mais il faut avouer qu’ici, nous devons avoir le plus grand nombre de combats décrits dans un même livre.

On avance donc jusqu’à la fin de ce roman, en suivant parallèlement l’histoire du groupe de héros et celle de Menzoberranzan, mais on se rend compte qu’au final, on n’est pas beaucoup plus avancés sur la situation que dans les deux précédentes aventures. Car à bien y réfléchir, s’il y a eut beaucoup de combats depuis le début de cette aventure, concernant ce que les héros recherchent, on en est encore quasiment au point de départ.
A la moitié de la séquence, donc, les choses n’ont pas beaucoup avancé, mais on peut espérer que ceci va changer dans les romans suivants…

Quatrième : Des sables brûlants de l’Anauroch jusqu’aux dédales souterrains de l’Outreterre, la quête épique des compagnons drows visant à découvrir l’essence même de la Reine Araignée se poursuit. Quelles sont les raisons du Silence de Lolth ? La déesse reviendra-t-elle auréolée d’une puissance accrue ou a-t-elle définitivement abandonné ses enfants, les drows ? Ces derniers, empêtrés dans leurs propres intrigues, sont-ils voués à la condamnation ?
Milady : 2010 – 408 pages – 19.00 € – ISBN : 9782811202613 –
Traduction :Fabrice Joly
Couverture :Brom

Quatrième : Des sables brûlants de l’Anauroch jusqu’aux dédales souterrains de l’Ombre-Terre, la quête épique des compagnons drows visant à découvrir l’essence même de la Reine-Araignée poursuit sa voie en empruntant maints détours. De puissantes forces oeuvrent à trouver les réponses expliquant le Silence de Lolth. La déesse reviendra-t-elle auréolée d’une puissance accrue ou a-t-elle définitivement abandonné ses enfants drows, ces derniers se dépêtrant dans leurs propres intrigues, leur race vouée à la condamnation ?
Fleuve Noir : 2000 – 534 pages – ISBN : 2-265-08251-1 –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *