Crimes Temporels de Paul Carta

Agatha Christie, projetée dans le futur, va devoir endosser l’attitude de ses personnages de romans pour résoudre un crime dans une société qui ignore la violence.

J’avais quelques a priori sur ce roman en lisant la quatrième et notamment 2 principaux : d’une part, les voyages dans le temps me saoulent avec leurs interminables explications sur les paradoxes etc, et surtout, je suis un inconditionnel fan de l’oeuvre policière d’Agatha Christie et j’avais un peu peur de la façon dont le roman allait traiter ce volet.

Heureusement, mes craintes ont été vite dissipées. L’aspect SF est évident mais traité plutot avec légèreté (si ce n’est les mentors, un peu trop présents) et ce roman doit plutot se lire comme une forme d’hommage à l’oeuvre de la reine du crime. De fait, c’est bien elle et non un de ses personnages qui se retrouve au centre de l’intrigue.
Paul Carta apporte son explication à un fait historique “source wikipedia : En décembre 1926, très affectée par la mort de sa mère et l’infidélité de son mari, Agatha Christie disparaît pendant une dizaine de jours avant d’être retrouvée dans un hôtel de Harrogate où elle séjourne sous le nom de la maîtresse de son mari. La presse, divisée sur les raisons de cette disparition, n’écarte pas l’idée d’un coup médiatique”.
Pour lui cette disparition est donc liée à l’enquete qu’elle est partie menée dans le futur.

Plusieurs aspects m’ont paru remarquables dans ce livre. D’une part, une documentation qui semble solide, appuyée sur des éléments biographiques et de nombreux extraits des romans publiés sous son nom ou sous son pseudonyme (Mary Westmacott).
Ensuite et surtout, l’intrigue du roman est un très beau huis clos, dont on découvre assez vite une partie de la vérité (le coupable à mi-roman pour ma part) mais avec largement assez de complexité pour qu’un amateur de polar à énigme y trouve son compte. Certainement pas au niveau du maître mais en tout cas un hommage très réussi que j’aurais eu tort de laisser de côté (le prix m’a fait hésiter un moment).

L’incroyable voyage dans le temps de la Reine du roman policier pour résoudre le plus grand crime de l’histoire.

Le 3 décembre 1926, la romancière Agatha Christie disparaît mystérieusement. Pendant dix jours, enquêteurs, policiers et journalistes vont tenter de découvrir ce qui a pu arriver à celle qui fascine les lecteurs de romans d’énigmes policières.

Le 7 février 2398, la station temporelle Renaissance, installée sur la Lune, connaît un réveil inédit. Dans une société qui a réussi à éliminer toute violence, et qui n’a connu dans son histoire aucune agression physique, et a fortiori, aucune mort violente, un meurtre est commis. La victime n’est autre qu’un scientifique martien, venu voir le prototype du translateur temporel, la première machine à voyager dans le temps créée par l’humanité.

Face à ce meurtre, et en l’absence de toute force de police ou de services d’investigation capables de mener une enquête criminelle, Renaissance décide de se tourner vers l’unique spécialiste proposée par ses banques de données : la Reine du crime, Agatha Christie.

Premier être humain à être extrait du passé et transporté dans le futur, Agatha Christie va devoir mener une enquête impossible, qui va peut-être décider du destin de l’espèce humaine.
Melis Melis SF (2008)410 pages 22.00 € ISBN : 9782352100331 (2008)
Couverture : Manchu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *