Crépuscule des Aveugles (Le) de Jean-Luc Bizien

Chroniques de la Lune de Sang 1

La Cité de Sombrevent est suspendue à la paroi d’une montagne battue par des vents puissants, et rageurs.Une cité crée par le Gris-Mage, qui seul, grâce à sa puissance, a eu le pouvoir d’accoler les plates formes qui supporte la cité …mais aussi de protéger sa population des rayon meurtriers du soleil et de la Lune de ce monde ravagé.
Seulement, son pouvoir à besoin d’une certaine herbe, bien le plus précieux des Aveugles, races d’humanoïdes terrifiants, aux doigts prolongés de griffes métalliques mortelles (non, ce ne sont pas les petits frères de Freddie 😉 ).
Alors le mage envoie ses meilleurs guerriers pour aller en «emprunter » à ce peuple qui jalouse depuis toujours Sombrevent et son invincibilité.
Kaylan, le Guerrier du Nord, accompagnée de Sheeba, prêtresse de la Lumière sont désignés pour cette périlleuse mission, dont dépend la survie de la cité et de ses habitants.

Dilvich :De l’heroic fanatsy typique. Un guerrier, jeune, impatient, un peu pataud, accompagné de son amie, une tout aussi jeune prêtresse qui va devoir essayer de réfréner ses ardeurs… combatives pour mener une mission pendant laquelle ils vont rencontrer moult dangers, naturelles et surnaturelles. La magie est bien présente, sous la forme déjà utilisée dans d’autre romans de sa multiplicité : magie qui tire sa force des sons, une autre de la lumière, ou du vent…

Guerre de mage, choc de pouvoirs, hauts-faits, nous voici parti pour une chronique pleine de violence, de bataille, de créatures bizarres et dangereuses, d’intrigues politiques. Quelque touches de douceur, d’amour, mais on est loin de l’ambiance rose bonbon.

La typo était assez grosse, le vocabulaire et l’écriture très lisibles, les 267 pages se lisent d’une bouchée. Avec plaisir.

Plus qu’a attendre la suite annoncée : La complainte de Sombrevent.

Allan : e viens donc de finir ce premier volume du nouveau cycle de Jean-Luc Bizien, et bien que dans l’ensemble, l’oeuvre m’a bien plue, quelque chose me gêne dans l’ensemble sans que je sois en mesure de dire quoi.
Le récit est bien rythmé ce qui entraine quelques difficultés pour le refermer !
Les personnages sont travaillés et encore une fois, je trouve que c’est un bon exemple de fantasy française, avec des personnages loin des clichés habituels – et ce malgré le fait que l’homme soit un guerrier.
L’idée d’une cité suspendue est originale d’autant qu’elle est lié avec une obligation de trouver une herbe forcément rare 🙂
Par contre, les fans d’Heroïc Fantasy vont trouver la quête pour l’herbe désuète par rapport aux habituels quêtes de sauvetage du monde connu 🙂

La cité suspendue de Sombrevent sera bientôt livrée à la morsure cruelle du soleil noir et de la lune de Sang. Seul le Gris-Mage a le pouvoir de prolonger le sortilège qui met sa ville à l’abri des astres maudits… Mais pour cela, il lui manque le plus précieux des trésors : les herbes de la nuit, qui ne poussent que dans les endroits les plus reculés des Marches Pourpres. Là où même l’Impératrice ne peut faire reconnaître son autorité. Voilà comment Kaylan, le guerrier du Nord, et Sheelba, élève de la Mère des Lumières, se retrouvent lancés dans une quête aux dangers aussi grands que ses enjeux. Accompagné d’Ergwill, le Nain mercenaire, ils vont devoir s’enfoncer au plus profond du territoire des Aveugles, ces êtres mystérieux
Octobre Croix des fées (2005)267 pages 9.99 € ISBN : 2-915621-05-5 Couverture : Jean-Philippe Chabot

Laisser un commentaire