C

Agent des Ombres 2

Cellendhrill de Cortovar, L’ange du chaos, le maraudeur, un des agents le plus redouté du Chaos n’est plus que l’ombre de ce qu’il a été. Son seigneur et maître lui a fait un cadeau qui l’a presque détruit. Il n’est plus qu’un tas de graisse avec pour seule vitalité sa haine de lui-même. Il n’a même plus de but dans sa vie, sa vengeance, qui lui a pris dix ans à réaliser, n’est plus qu’un souvenir.
Seulement son maître, qui semble s’être joué de lui, ne le voit pas de cette façon.Il compte bien retrouver une utilité à son agent préféré, si un tel être peut avoir encore ce genre de sentiment. Alors il l’envoie à Veronèse, une cité franche, pour une simple mission. IL est accompagné par le seul qui soit resté près de l’ancien maraudeur, le seul qui accepte ses récriminations et sa mauvaise humeur, Gheritarish, le Loki, son ami. Celui-ci a pour mission de le remettre en forme. Pour le Loki, s’occuper du physique ne pose pas un problème, mais il sait qu’il ne pourra pas grand-chose pour le mental de l’ancien Ange. Ce sera a lui seul de s’en occuper. Puis cette mission a plus des odeurs de vacances qu’autre chose, alors Gheritarish part de bonne humeur, même s’il sait que s’occuper de son ami ne sera pas une sinécure.

Du sexe, du sexe, encore du sexe. On n’est pas loin de déconseiller ce livre au moins de … bof, disons 14 ans ;-), je ne suis pas bon en censure. Mais autant les combats, et il va en y avoir, avec du sang qui gicle, de la tête tranchée, tout ça, sont bien décrit, phase par phase, autant du coté sexe, vous allez avoir droit aux mêmes détails. Et lorsque l’on sait que l’on parle de démons, de diables et d’êtres à la mentalité peu scrupuleuse… disons que dans le premier volume, on pouvait parler d’érotisme, et que là, l’auteur se lâche  .

En dehors de ça, l’histoire est toujours bonne. La personnalité de notre Ange évolue, on retrouve un partie des personnages de L’Ange du Chaos, pour une aventure bien rythmée, pleine d’actions, et cette fois ci, avec beaucoup d’amour (oui, je sais, le résumé commence en insistant sur le sexe…), de toute part. Mais pas d’inquiétude, on n’est pas dans un roman à l’eau de rose. L’amitié, surprenante, entre de tels personnages, est aussi bien représentée.

En fond, mais bien présentes, les histoires politiques, de pouvoirs, les intrigues poursuivent leurs petits chemins sanglants. Les différentes puissances s’entrechoquent avec fougue. On trahi avec élégance ou brutalité, et toutes les armes sont bonnes. De la politique, quoi.
Le Bien a toujours son image double, de gentil, et celle d’extrémiste, à peine moins pire que ses ennemis des Ténébres ou du Choas

Ha oui, votre serviteur, donneur d’avis, moi-même quoi, ayant passé quelque temps à faire une vraie relecture de roman va essayer de mettre ses nouvelles connaissances pour être un peu plus précis, au niveau techniques d’écriture.

Alors, un défaut que je n’avais pas vu dans le premier volume. Quelques répétitions, insistances dans les dialogues, assez remarquable entre l’Ange et son mai le Loki. La litanie du combattant du chaos qui revient aussi un peu trop souvent.
Du côté de Mnémos, il faudrait au moins une relecture de plus des correcteurs. Il manque deux mots, et c’est vraiment désagréable, on se retrouve dans le monde réel, avec une livre entre les mains, alors que l’on était si bien avec nos héros.

Alors si vous voulez savoir qui est véritablement Cellendhrill, la vérité sur sa dague chérie, quels sont les plans à long terme des différentes puissances, et le fin mot sur la prophétie semble s’attacher aux bottes de l’Ange du chaos… il va falloir attendre les volumes suivants 😉 . Michel Robert n’a pas l’intention de tout nous donner tout de suite, et de faire durer le plaisir.

Ha oui, ne pas oublier Julien Delval, qui nous offre de superbes couvertures, que ce soit le premier volume ou le second.

Mnémos Icares (2005)472 pages 9.99 € ISBN : 2-915159-49-1 Couverture : Julien Delval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *