Dans Le Royaume du Loup de David Gemmell

Cycle de Drenaï 2

Quand Angel décide de rejoindre le bûcheron isolé avec sa fille dans les montagnes, c’est pour lui annoncer une mauvaise nouvelle : sa tête a encore une fois été mise à prix et les meilleurs hommes de la guilde sont déjà lancés sur ses traces pour lui oter la vie.

Miriel suit un entraînement intensif avec son père qui l’incite à se donner toujours plus pour parer à tous les dangers. Il ne se rendra dans un premier temps pas compte qu’il est espionné par Kreeg qui espère récolté la récompense : espérer est bien le terme car le temps qu’il lui reste à vivre est compter et que peut-il faire pour vaincre Waylander, le tueur du roi ?

Dakeyras, le nom “civil” de l’ancien héros, saura dès à présent que sa vie mais surtout celle de sa fille, est en danger et l’aide que lui apportera Angel, ainsi que celle d’un jeune épéiste venu dans un premier temps le tuer, ne sera pas de trop pour lutter face à une armée entière dans laquelle se trouvent les terribles chevaliers de sang !

Comme le disait Claude (Dilvich) pour le volet précédent de ce cycle, on pourrait parfois reprocher une redite du contexte, de la personnalité des personnages et de l’improbabilité des victoires.
Nous avons encore une fois affaire ici à un guerrier – un pur et dur – qui ne croit qu’en la force pour parvenir à ses fins. Il se retrouvera confronté, aidé par seulement quelques “amis”, à sauver le monde d’un destin funeste où veut les entraîner un sorcier sans foi ni loi.
La différence dans ce roman est que l’équipe qui combattra les armées n’est pas composée de paysans armés de fourches mais bien des guerriers, que ce soit des mercenaires ou des gladiateurs. Waylander et ses amis prendront part au sauvetage d’une tribu nadire importante pour l’avenir. Nous nous retrouvons donc pas face au situation de Légende (où Druss a défendu avec une poignée de civils le fort Dros Delnoch) ou encore du Roi sur le Seuil.
Le côté qui m’a semblé le plus intéressant dans cet opus est le changement de voie opéré par les Trentes, ces prêtres de la Source que nous retrouvons dans les volumes suivants les armes à la main : c’est là que vous découvrirez qu’ils n’ont pas toujours été les prêtres-guerriers que nous connaissons !
Waylander II nous permettra aussi de voir tout le cheminement qui nous mènera aux combats face aux nadirs et aux légendes du comte de Bronze.
Bref, nous avons ici encore une fois une oeuvre d’Heroïc Fantasy riche, rythmé, bien écrite à laquelle on ne pourra rien reprochée : c’est une saga épique d’une grande qualité et si on aime l’Héroïc Fantasy, on ne peut que la dévorer mais au delà de l’histoire, nous pourrons retrouver toute cette pensée tournée vers la peur de l’autre qui nous pousse à éliminer ou condamner plus qu’à tenter de comprendre…

Il venait d’un enfer de souffrance et entra dans un monde de mort

Dans les monts de Skeln, Dakeyras l’homme des bois et sa ravissante fille Miriel vivent dans la solitude et l’harmonie. Ils ne savent pas qu’un groupe de guerriers sanguinaires rôde dans les montagnes. Des hommes qui n’ont jamais connu la défaite, pour qui la vengeance et la torture sont comme la viande et la boisson. Pour dix mille pièces d’or, ils sont prêts à tuer l’homme des bois. Ces combattants endurcis n’ont pas peur de cette mission…
Ils devraient.
Car Miriel est une fille de feu et d’acier, maitrisant l’arc et l’épée grâce à l’enseignement du plus mortel assassin qui ait jamais vécu : son père, mieux connu sous le nom de… Waylander !

Bragelonne (Novembre 2004)352 pages 9.99 € ISBN : 2-914-37094-6
Traduction : Alain Nevant
Titre Original : Waylander II : In the Realm of the Wolf (1992)

Couverture : Didier Graffet

Laisser un commentaire