Delirium, livre 1 de Lauren Oliver

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

 “Delirium” est un roman écrit à la première personne du singulier qui nous plonge rapidement dans un univers dystopique où l’amour est une maladie que les humains ont décidé d’éradiquer.
Tout est très bien expliqué dès le début et Lauren Oliver présente une ‘mythologie’ construite avec des extraits de livre d’histoire sur les origines du Protocole, des préceptes, des comptines, etc, à chaque début de chapitre.

 

J’ai trouvé les personnages centraux construits et intéressants.
Lena est l’héroïne, jeune fille de bientôt 18 ans, elle est timide, docile et suit à la lettre ce qu’on lui a appris, ce qui doit être fait, tout en vivant secrètement dans la peur d’être comme sa mère : insensible au Protocole. Dès les premières lignes, on sent en elle la peur d’être touchée par le virus de l’amour ; c’est surprenant bien sûr, mais on comprend vite pourquoi. Néanmoins, Lena va grandement évoluer au cours de ce premier tome et celle de la fin est totalement différente de celle du début.
Puisque l’amitié semble avoir beaucoup d’importance dans les romans de Lauren Oliver, Lena a une meilleure amie, Hana. Une jeune fille bien différente qui, dans la même situation que Lena, semble avoir décidé de transgresser toutes les règles avant de subir l’opération. Elle va bien sûr entraîner Lena sur une pente glissante… mais pas si dénuée de sens…

 

Je vous le répète, à l’époque du roman, l’amour est considéré comme une maladie mortelle et tous les humains se font immuniser à 18 ans pour s’en protéger grâce à une opération chirurgicale appelée le Protocole.
Lena y aura droit dans 95 jours, elle est impatiente… mais cela représente bien assez de temps pour goûter à la saveur de l’amour, sans y être préparée et découvrir l’envers du décor…
Au cours de ce premier tome, le monde soit disant idyllique du début, débarrassé des douleurs de l’amour, se révèle bien sombre….
Même si l’intrigue est prévisible, elle est prenante et riche en action ; Lena a une très belle évolution et… il faut absolument que je lise la suite !!!

 

Pour conclure, je suis ravie de m’être laissée tenter par “Delirium” malgré ma première approche un peu décevante de l’écriture de Lauren Oliver. L’unique est bien construit, l’intrigue est prenante et les personnages très intéressants.

Hachette (mars 2012) – Black Moon – 452 pages – 16€ – ISBN : 9782012028579

  Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme la pire des maladies. Un monde où tous les jeunes subissent à leur majorité une opération du cerveau pour être immunisés. À quelques mois de ses dix-huit ans, Lena aspire presque à subir à son tour le Protocole car depuis toujours amour rime pour elle avec souffrance et danger. Jusqu’à ce qu’une rencontre inattendue fasse tout basculer. Avant, tout était simple, tout était organisé. Mais est-ce vraiment vivre que de laisser la société tout prévoir pour vous ? Vos amis, vos amours et votre avenir ?
  Imaginez qu’on vous prive de tout sentiment. Que la liberté ne soit plus qu’un vieux souvenir dénué de sens. Jusqu’où iriez-vous pour garder le droit d’aimer ? “

Traduction : Alice Delabre

Couverture : Michael Frost

Titre VO : Delirium (2011)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *