Diable Amoureux (le) de Jacques Cazotte

Alvarre participe en compagnie de plusieurs autres invités à une soirée chez Soberano. Rapidement la conversation s’engage sur la Cabale et les cabalistes. Le jeune homme (qui est âgé de 25 ans) n’ayant aucune connaissance particulière, ne participe pas à la conversation. Son hôte, s’en rendant compte, le questionne après le départ des convives sur la raison de son silence. Alvarre n’a aucun mal à avouer que son absence de connaissances sur le sujet l’a poussé à garder un profil bas. Soberano lui propose alors de devenir, s’il le désire, son écolier et de lui apprendre les rudiments. Rapidement, Alvarre va vouloir commander un démon. Après avoir longuement insisté auprès de Soberano, celui-ci cède et prépare, en compagnie de deux autres cabalistes, le rite initiatique. Le pentacle tracé, le jeune homme commence à prononcer des incantations de façon à faire venir Belzébuth en personne. Le sortilège fonctionne, puisqu’apparaît à la fenêtre un chameau duquel sortira rapidement un chat qui finira par se transformer en homme. Alvarre peut tout lui demander et c’est après un festin copieux dans une salle somptueusement décorée, qu’apparaîtra le démon sous les traits de Biondetta. Les cabalistes sont épatés et c’est avec une certaine dose de terreur qu’ils voudraient apprendre comment il a fait pour tout obtenir et quelle est la chose demandée en retour.

ALLAN
Cette Œuvre de Cazotte est étrange car si le début est totalement fantastique, on retombe plus loin dans une simple histoire de manipulation. Et pourtant… c’est bien dans la littérature fantastique que se situe cette Œuvre considérée d’ailleurs comme la plus grande réussite de son auteur.

Comme toujours dans la collection 1001 Nuits, nous avons le droit à une analyse circonstanciée du livre ainsi qu’une biographie de l’auteur et des repères bibliographiques.

ETIENNE
effectivement, on note une nette différence entre l’essentiel du livre et la fin : autant le début ressemble à un titre fantastique, un peu vieillot mais pas mal; autant la fin merdouille un peu, pas claire (et pas eu très envie de chercher la clarté).
Intéressant pour l’histoire, moins pour l’intérêt du lecteur.

Alvarre participe en compagnie de plusieurs autres invités à une soirée chez Soberano. Rapidement la conversation s’engage sur la Cabale et les cabalistes. Le jeune homme (qui est âgé de 25 ans) n’ayant aucune connaissance particulière, ne participe pas à la conversation. Son hôte, s’en rendant compte, le questionne après le départ des convives sur la raison de son silence. Alvarre n’a aucun mal à avouer que son absence de connaissances sur le sujet l’a poussé à garder un profil bas. Soberano lui propose alors de devenir, s’il le désire, son écolier et de lui apprendre les rudiments. Rapidement, Alvarre va vouloir commander un démon. Après avoir longuement insisté auprès de Soberano, celui-ci cède et prépare, en compagnie de deux autres cabalistes, le rite initiatique. Le pentacle tracé, le jeune homme commence à prononcer des incantations de façon à faire venir Belzébuth en personne. Le sortilège fonctionne, puisqu’apparaît à la fenêtre un chameau duquel sortira rapidement un chat qui finira par se transformer en homme. Alvarre peut tout lui demander et c’est après un festin copieux dans une salle somptueusement décorée, qu’apparaîtra le démon sous les traits de Biondetta. Les cabalistes sont épatés et c’est avec une certaine dose de terreur qu’ils voudraient apprendre comment il a fait pour tout obtenir et quelle est la chose demandée en retour.

1001 Nuits (2002)110 pages 2.50 € ISBN : 2-842-05690-6 (1772)
Couverture : Olivier Fontvieille
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *