Divergences 001 de Anthologie

Eté 1945. plusieurs missiles sont propulsés depuis l’Allemagne. Face à Hitler, le gouvernement des Etats-Unis finit par capituler.
New-York, 1963. en sortant du restaure, ils firent un tour sur les quais. Depuis le ponton, on distinguait la staut plantée dans la baie de New-York. Miss Liberty avait laissé place à une gigantesque Walkyrie casquée, portant glaive et bouclier, conçue par l’architecte du Reich. Rod porta son regard sur un zeppelin qui flottait avec paresse au-dessus des buildings.
La ville était puissante et calme, à l’image du régime.

Je ne voudrais pas dévoiler trop le contenu des nouvelles (puisqu’il s’agit de nouvelles) et me contenterait donc de présenter les nouvelles sous la forme de « Et si … ? »

  • Après le Déluge de Pierre Pelot : Et si l’Arche de Noé n’avait pas été le seul bateau à survivre au déluge ?
  • Exode de Jean-Marc Ligny : Et si ce n’était pas l’Homo Sapiens qui avait survécu mais les Néanderthalien ?
  • Le Serpent qui changea le monde de Fabrice Colin : Et si Cléopâtre n’était pas morte mordue par le serpent ?
  • Le Petit coup d’épée de Maurevert de Michel Pagel : Et si Henri de Navarre avait été tué ?
  • Pax Bonapartia de Johann Heliot : Et si Napoléon à la suite de son bagne, avait conquis le Mexique ?
  • L’Affaire Marie Curie de Laurent Genefort : Et si la « Grande Guerre » avait perdurée au-delà de 1918 ?
  • Reich Zone de Xavier Mauméjean : Et si le Führer avait réussi à soumettre les américains ?
  • De la Part de Staline de Roland C. Wagner : Et si la Seconde Guerre Mondiale ne s’était pas finie pour les alliés comme l’histoire nous le raconte ?
  • Une Histoire très britannique de Paul J. McAuley (traduction Jean-Daniel Brèques : Et si la conquête spatiale avait été anglaise ?
  • L’Uchonie est pour ceux qui ne le connaîtrait pas un genre de plus en plus présent et qui s’appuie sur notre histoire jusqu’à un certain point à partir duquel un évènement, plus ou moins important, change.
    Ce que nous propose ici Alain Grousset, par ailleurs directeur de la collection Ukronie de Flammarion, c’est de découvrir à travers des nouvelles des « exemples » de ce qu’est l’Ukronie. Je dois reconnaître qu’il l’a fait avec brio.
    Certains pourront penser à la lecture de ces nouvelles avoir replongé dans les mondes parallèles ; on peut reconnaître qu’il y a certain points communs et si d’aucuns se souviennent de la série Sliders, cela représente assez bien l’esprit de l’uchronie.
    Toujours est-il que tant sur le choix des auteurs, que sur les périodes concernées, nous pouvons voir un panel déjà large des possibilités qu’offre ce genre, et tout l’intérêt qu’il peut présenter intellectuellement parlant.
    Un bémol toutefois, sous forme de nouvelles, nous n’avons pas le temps de plonger trop dans un monde qui reste finalement esquissé et dont pour certains, nous aurions aimé en savoir beaucoup plus.
    Nous retrouvons des thématiques assez communes de l’Uchronie (les allemands gagnant la seconde guerre mondiale notamment) mais celle de Cléopâtre est particulièrement intéressante de par les développements politiques consécutives à sa survie (d’ailleurs ne fût-elle pas la première à inspirer l’Uchronie avec le fameux « si le nez de Cléopâtre avait été plus court, la face du monde eût été changé ? ») .
    La seule nouvelle anglo-saxonne, celle Paul J. McAuley apporte une touche humoristique à l’ensemble.

    Et si Noé n’avait pas été le seul homme à survivre au déluge ? Et si Hitler avait gagné la Seconde Guerre Mondiale ? Autant de questions qui nous montrent que l’histoire n’est pas figée, qu’il suffit d’un moment, d’une divergence, pour changer le cours du Temps.
    Flammarion Ukronie (Novembre 2008)295 pages 15.00 € ISBN : 9782081212350 Couverture : Benjamin Carré

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *