Dragons d’une aube de printemps de Margaret Weis et Tracy Hickman

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 1.0/10 (1 vote pris en compte)

Séquence :Chroniques de DragonLance n°3
Milady : A la fin de Dragons d’une nuit d’hiver, les temps s’annonçaient très sombre pour Krynn et pour les héros de la lance. La deuxième partie de cette aventure nous montrait des héros évoluant énormément, et proposait pas mal d’originalité. La troisième partie est elle plus classique.

Le roman débute pourtant par une partie en mer vraiment passionnante, mais suite à ça, l’histoire traine un peu. Il ne se passe finalement pas grand chose à Palanthas et Kalaman, les deux villes où passent les héros. Il faut arriver dans la dernière partie du roman, alors que les héros se rendent à Neraka, pour que les choses bougent un peu. Et alors, ceux qui étaient un peu en retrait dans le deuxième roman reviennent ici plus sur le devant de la scène.
Ce qui m’a surtout plu dans cette dernière partie, c’est qu’on ne puisse jamais deviner avec certitude ce que les auteurs vont faire de leurs héros. Celui-ci va-t-il mourir ou pas ? On ne peut jamais en être sûr, et par rapport à d’autres auteurs qui ne trouvent jamais le « courage » de faire mourir l’un de leurs héros, c’est une chose assez intéressante. Et si tous ne succombent pas, aucun ne sera épargné malgré tout, chacun devant faire face à des souffrance personnelles plus ou moins importante. Le personnage de Tanis, qui à la fin de Dragons d’une nuit d’hiver était déchiré intérieurement plus encore qu’auparavant, va continuer de l’être encore plus ici, par exemple, tout comme Caramon va devoir faire face à une profonde déception. Quand à Raistin, finalement, on se doutait depuis le tout début de quel serait son destin, et on n’est donc aucunement surpris par ce qui lui arrive. Mais si la plupart des héros de cette trilogie ont révélé à un moment où un autre une utilité dans l’histoire, il en est deux qui n’en ont jamais vraiment eut une : Lunedore et Rivebise. Pourtant à l’origine de toute cette aventure, ces deux héros très en retraits et pas franchement intéressants n’ont eut tout au long de l’histoire que très peu d’importance. S’ils n’avaient pas été là, l’aventure aurait finalement été la même. Une aventure qui se termine sur une fin qui n’en est pas complètement une, finalement. On sent, une fois le roman terminé, que tout ceci met en place un univers qui va encore vivre beaucoup d’autres évènements. Ca plaira à ceux qui voudront retrouver rapidement d’autres aventures sur Krynn, mais le lecteur qui pensait s’arrêter là pourrait se sentir un peu « frustré » par cette fin.
Suivre les aventures en parallèle de ces héros séparés en plusieurs groupe permettait aux auteurs de laisser certains de côté un moment pour se pencher plus particulièrement sur d’autres, rompant finalement une monotonie qui aurait pu prendre place si on avait toujours suivi un seul et même groupe. Mais en même temps, on aurait aimé savoir parfois ce qui s’est passé pour des héros qu’on retrouve comme ça après un temps d’absence sans qu’on nous ait raconté ce qu’il a fait durant celui-ci. La trilogie des Chroniques Perdues apporte apparemment des éclaircissements à ce propos, mais il restera malgré tout certains passages qu’on ne connaîtra pas. Et les auteurs ne s’embêtent même pas à faire raconter rapidement au personnage en question ce qu’il a fait. On ne sait simplement pas ce qu’il a fait pendant ce temps d’absence.

Concernant la traduction, j’ai regretté le fait que la traductrice de ce troisième roman ait utilisé ici tout au long de l’écriture le terme « Orbe des dragons » là où les deux précédents parlaient d' »Orbe draconique », un détail peut-être, mais qui m’a sauté aux yeux dès la première utilisation du terme, et à chaque fois qu’il a été utilisé ensuite dans le roman. Rien de bien grâve, d’autant plus que pour le reste la traduction de Milady est une fois de plus très bonne, mais cela romp un peu la cohérence de la trilogie malgré tout.

Finalement, cette trilogie m’a assez plue malgré tout. D’abord très classique dans le premier roman, et donnant même au début trop l’impression de romancer une partie de jeu de rôle, elle s’est révélée bien plus intéressante, ainsi que ses personnages, dans la deuxième partie. Et si le troisième roman m’a moins emballé que le précédent, il n’empêche que l’aventure reste bonne.

– Morcar –

Fleuve Noir : Cette trilogie est a lire absolument, car vous allez découvrir la troupe des héros de la lance composée de guerrier, magicien et voleur. Chaque personnage est attachant et l’histoire est digne du Seigneur des anneaux.
– Ariakas –
Quatrième : La guerre contre les dragons, serviteurs de Takhisis, Reine des Ténèbres fait rage. Armés des mystérieux orbes, magiques et de la brillante lancedragon, les compagnons redonnent espoir au monde. Mais, à l’aube d’un jour nouveau, la lumière est faite sur les sombres secrets que les amis dissimulaient en leur cŒur. Les trahisons, les traîtrises, les faiblesses sont sur le point de détruire tout qui a été accompli. La plus grande bataille est celle qu’ils doivent livrer contre eux-mêmes. Et s’ils en sortent vainqueurs, alors, ils seront de véritables héros.
Milady : Septembre 2008 – 456 pages – ISBN : 9782811200299 –
Traduction :Aude Carlier
Couverture :Matthew Stawicki
Quatrième : Alors que s’est éteint le cŒur de l’Etoi
Fleuve Noir : 2000 – 377 pages – ISBN : 2-265-07665-1 –

Dragons d’une aube de printemps de Margaret Weis et Tracy Hickman, 1.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *