Dragons d’une nuit d’hiver de Margaret Weis et Tracy Hickman

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 3.5/10 (2 votes pris en compte)

Séquence :Chroniques de DragonLance n°2
Désormais, chacun sait que les dragons de Takhisis, la Reine des Ténèbres, sont revenus. Les peuples de tous les pays se préparent à combattre afin de sauver leur foyer, leur vie et leur liberté. Mais les races sont divisées depuis bien longtemps, à force de haines et de préjugés. Les guerriers elfes et les chevaliers humains se battent entre eux. Il semblerait que la bataille soit perdue avant même d’avoir débuté. Les compagnons se retrouvent séparés, déchirés par la guerre. Une saison complète s’écoulera avant leurs retrouvailles si retrouvailles il y a. Alors que les ténèbres s’épaississent, un chevalier en disgrâce, une jeune elfe trop gâtée et une tête de pioche de kender font face, à la lueur blafarde du soleil hivernal…
Milady : La guerre de la lance continue, et pourtant des temps bien sombres s’annoncent, bien plus sombres que tout ce que les héros ont pu endurer jusque là. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Margaret Weis et Tracy Hickman n’ont pas peur de torturer leurs personnages. Des personnages qui ici deviennent bien plus complexes que dans leur précédente aventure, bien moins stéréotypés.
Le livre se décompose en trois partie. La première est celle qui m’a le moins intéressé. Bien que l’idée de l’histoire de la ville de Tarsis est originale, cette première partie m’a semblée un peu longue et sans grand intérêt. Pourtant, on sent dès celle-ci que le style d’écriture des deux auteurs s’est amélioré depuis le précédent roman. A aucun moment ici on n’a l’impression de lire une partie de jeu de rôle qui aurait été romancée, comme on a pu avoir à la lecture de Dragons d’un crépuscule d’automne.
Puis les héros sont séparés, une idée qui permet à l’aventure d’être bien meilleure par la suite. D’abord parce qu’elle permet à des personnages qui restaient secondaires jusqu’à présent de prendre de l’importance, tels que Laurana ou Sturm particulièrement, et d’en découvrir un peu plus sur leurs peuples. La seconde partie concentrée sur les peuples elfes est vraiment très bien construite, autour du personnage de Laurana. La découverte du peuple kagonesti est très intéressante notamment. Durant cette partie, on a l’occasion également d’en découvrir plus sur les chevaliers Solamniques, auxquels on faisait référence jusque là sans donner trop de précision sur le fonctionnement de leur ordre. On en découvre plus ici, puis surtout dans la troisième partie vraiment excellente.
Malgré tout, même si les personnages comme Tanis ou Raistin sont plus en retraits dans ce deuxième roman, on ne les abandonne pas pour autant, et ils évoluent sérieusement. Le personnage de Tanis, déjà déchirés par ses doubles origines jusque là, risque de l’être encore plus par la suite. La situation dans laquelle on le laisse est vraiment originale, et risque d’être bien compliquée.

Bref, l’intrigue est dans ce second roman bien meilleure que celle du précédent, le style d’écriture s’est aussi amélioré, et les personnages sont devenus bien plus intéressants. Le roman n’en est donc que meilleur de manière générale.

Fleuve Noir : Cette trilogie est a lire absolument, car vous allez découvrir la troupe des héros de la lance composée de guerrier, magicien et voleur. Chaque personnage est attachant et l’histoire est digne du Seigneur des anneaux.
– Ariakas –
Quatrième : Désormais, chacun sait que les dragons de Takhisis, la Reine des Ténèbres, sont revenus. Les peuples de tous les pays se préparent à combattre afin de sauver leur foyer, leur vie et leur liberté. Mais les races sont divisées depuis bien longtemps, à force de haines et de préjugés. Les guerriers elfes et les chevaliers humains se battent entre eux. Il semblerait que la bataille soit perdue avant même d’avoir débuté. Les compagnons se retrouvent séparés, déchirés par la guerre. Une saison complète s’écoulera avant leurs retrouvailles si retrouvailles il y a. Alors que les ténèbres s’épaississent, un chevalier en disgrâce, une jeune elfe trop gâtée et une tête de pioche de kender font face, à la lueur blafarde du soleil hivernal…
Milady : Aout 2008 – 456 pages – ISBN : 9782811200046 –
Traduction :Sébastien Baert
Couverture :Matthew Stawicki
Quatrième : Les dragons vont-ils rayer Krynn de la carte ? D’urgence , une poignée de braves se réunissent sous le commandement de Tanis le demi-elfe : Caramon le guerrier, Raistlin le sorcier – son frère jumeau – , Sturm le chevalier, Flint Forgefeu le nain, Tass Racle-pieds le Kender : des noms qui resteront dans la mémoire ! Leur mission ? Ramener aux hommes le secret de l’antique lance dragon, la seule arme capable de terrasser les monstres cracheurs de feu. Pour que s’épanouissent tous les êtres de bonne volonté.
Fleuve Noir : 1996 – 374 pages – ISBN : 2-265-07624-4 –

Dragons d’une nuit d’hiver de Margaret Weis et Tracy Hickman, 3.5 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *