D

Quellen est le chef d’une des nombreuses sections criminelles de l’Appalachie, une des provinces de la Terre au 25e siècle. Mais il est aussi un criminel, car il a osé se faire construire une résidence secondaire en Afrique, dans une zone réservée aux membres du gouvernement. Et il risque gros si ce crime est découvert, et il l’a été par son adjoint, qui le fait chanter en échange de son silence.

Au 25e siècle, la situation est intenable. La société est divisée en 20 classes, avec des privilèges et des devoirs liés à chaque niveau. La population ne cesse de grossir, et le chômage est une véritable pandémie. Mais loin de se répandre sur la Terre entière, la population s’entasse dans d’immenses cités où la place est limitée, l’air distribuée en rations hebdomadaires, et la drogue le seul plaisir possible pour les masses laborieuses. Mais grâce au mystérieux Lanoy, une nouvelle voie s’ouvre : l’évasion temporelle. Il propose de revenir de 1979 à 2106, l’âge d’or de l’Humanité, quand il n’y avait que peu de chômage, peu de pollution, plus de libertés et plus de joie de vivre.

Evidemment, le gouvernement ne peut tolérer cette fuite de la population qui, si elle touche essentiellement les chômeurs qui étaient un fardeau, remettent en cause l’ordre des choses et vont en s’aggravant. Mais arrêter trop tôt le flux des voyageurs reviendrait à modifier le passé, il faut donc se fier aux archives^pour l’arrêter au bon moment.

C’est un texte assez court, qui se laisse lire assez facilement, mais n’est pas d’un grand interêt. Silverberg a écrit beaucoup mieux que ça, plus palpitant surtout.

On sent surtout une profonde reflexion sur la société, un avertissement sur ce que pourrait devenir le monde, et ce qui est déjà en train de s’accomplir d’ailleurs. c’est d’ailleurs dans ses avertissements que le lecteur peut percevoir certains échos politiques à tendance marxiste, avec une large tendance à la lutte des classes, à l’opposition entre les 2 premières classes et les 18 autres, à la drogue qui est l’opium du peuple, à une foule de petits détails et notamment la couverture de la 1ere édition française, chez casterman, qui ressemble à une sculpture révolutionnaire.

L’action se traîne un peu, s’égare dans de nombreux détours, notamment pour fouiller un peu plus toute l’ambiguité du personnage de Quellen, mais la fin arrive vite, et finalement il n’y a pas vraiment eu d’ennui à la lecture, juste quelques ralentissements.

En conclusion, un livre qu’on sent faire partie de ces oeuvres mercantiles qui ont été reprochées à Silverberg, mais pas la pire, mais pas la meilleure non plus. A lire pour le complexe temporel particulièrement bien développé.

Quellen est l’und es responsables des affaires criminelles en l’année 2490. Une époque où il ne fait pas bon vivre. Un univers concentrationnaire et surpeuplé, où le pouvoir est aux main d’une oligarchie, où les droits du citoyen sont inexistants. Il existe pourtant un moyen, illégal et clandestin, d’échapper à ce monde : le saut dans le passé. Les archives de la fin du XXème siècle témoignent de l’arrivée massives de voyageurs temporels en provenance du futur – en provenance précisément des années 2486 à 2491. Les détenteurs du pouvoir connaissent ces archives. Ils savent donc le danger qu’ils courent : mettre un terme à l’émigration temporelle, ce serait altérer la structure du passé, donc disloquer la trame de l’Histoire et modifier leur présent. Pourtant Quellen est chargé de mettre la main sur le mystérieux organisateur des voyages dans le temps. Mais ce qui complique la situation, c’est que Quellen est lui même vis-à-vis du gouvernement dans une position hautement illégale et clandestine…en menant son enquête, c’est sa propre sécurité qu’il est amené à compromettre. Jusqu’à ce que se présente pour lui l’heure du choix : assurer sa sauvegarde, mais au prix de quelle entrave à l’ordre établi des choses.
Le Livre de Poche SF (Mars 2006)219 pages 6.00 € ISBN : 2-253-11330-1
Traduction : Bruno Marin
Titre Original : The time-hoppers (1967)

Couverture : Manchu
Le Bélial 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *