Etat d’Urgence de Mickael Crichton

Georges Morton est un richissime homme d’affaire qui a décidé de consacrer une partie de sa fortune à rendre le monde plus beau, luttant contre les gaspillages et se lançant corps et âmes dans la défense de l’environnement notamment au sujet du réchauffement climatique.
Pourtant, des doutes commence à l’assaillir quand à l’utilisation des fonds par l’association principale qu’il finance ; il s’en ouvrira rapidement à certains membres de son entourage dont fait partie Peter, son avocat attitré.
Puis c’est avec surprise que Georges retirera son soutien à xx et c’est le même soir que sa voiture sera retrouvée écrasée dans un ravin.
Les derniers propos qu’il a tenu sont pour le moins étrange et son avocat, aidée par la secrétaire du milliardaire, va se retrouver entraîné dans une aventure qui les dépassent totalement.

SF, pas SF, c’est vrai que la frontière est toujours très mince lorsque l’on lit du Michael Crichton ; le tout est tant documenté – scientifiquement parlant j’entends – qu’on pourrait légitimement le classer parmi les thrillers scientifiques mais le côté déclenchement de catastrophes naturelles par des écos terroristes s’ils ne confinent pas forcément à la SF, représente plus que certainement de l’anticipation : voilà pour la justification du titre en nos colonnes.
Pour le reste, je préfère commencer par la forme plus que par le fond. Nous voici encore une fois plonger dans un thriller haletant comme le fait si souvent Michael Crichton : il est indéniable qu’il arrive à insuffler à son récit un rythme qui rend difficile l’extinction des feux le soir.
Les personnages sont souvent – et c’est ici le cas – entrainés dans des évènements qu’ils ne maîtrisent pas et devront déjouer tous les pièges pour pouvoir sauver leur vie.
Ce qui est agréable aussi est de voir que l’auteur ne ménage pas ses personnages ce qui est bien trop souvent le cas dans les Œuvres. Peter sera d’ailleurs un de ceux qui souffrira le plus tant physiquement que psychologiquement avec l’effondrement progressif de ces valeurs.
Pourtant, un arrière goût politique ressort de ce roman qui est réellement génant… Souvenez-vous qu’il y a quelques années, l’uateur avait surpris tout le monde en réfutant la thèse du réchauffement global et en cautionnant politiquement la position de Georges W. Bush qui refusait de signer les accords de Kyoto…
Le roman de Crichton single terriblement la théorie du réchauffement planétaire et si je ne doute absolument pas de la véracité des documents qu’il a fourni, il aurait été à mon sens équitable de présenter de la même façon les documents accréditant la thèse du réchauffement climatique que ceux la réfutant.
Il y a un manque de rigueur scientifique qui a provoqué, chez moi en tout cas, une profonde gêne : comme s’il donnait une justification à chacun de ne pas prendre soin de la planète, nous dédouanant de notre responsabilité par rapport à la nature.
Ce n’est qu’un roman d’aucun diront… Mais il s’agit d’un roman écrit par un auteur connu pour ses connaissances scientifiques et par là même, son roman ne peut-être neutre…

A San Francisco, le milliardaire George Morton s’écrase du haut d’une falaise à bord de sa Ferrari quelques minutes seulement après avoir annoncé qu’il retirait son soutien à un mouvement écologiste international…
Avant de disparaître, George avait laissé un message énigmatique. Peter, son avocat, et Sarah, son assitante le décryptent… et se trouvent emportés dans une course-poursuite qui va les précipiter des glaces de l’Antartique aux forêts vierges de Mélanésie.
Face à eux, un ennemi insaisissable prêt à détruire la planète pour prouver qu’elle est en danger. Tremblement de terre, tsunami, cyclone : si les idéalistes fous ne sont pas neutralisés, des milliers de gens vont mourir dans une série de catastrophes naturelles d’une ampleur sans précédent…

Pocket Thriller (Novembre 2007)732 pages ISBN : 9782266165747
Traduction : Patrick Berthon
Titre Original : State of Fear (2004)

Couverture : Will Staehle
Robert Laffont 2006646 pages ISBN : 9782221104576
QuatrièmeLe réchauffement de la planète est-il un mythe ? Dans un techno-thriller d’une vitesse supersonique, Michael Crichton s’attaque aux tabous de l’écologie. San Francisco, corniche de Point Moody. Le milliardaire George Morton s’écrase du haut d’une falaise à bord de sa Ferrari – il venait d’annoncer qu’il retirait son soutien à la NERF, mouvement écologiste international… Meurtre ou accident ? Avant de disparaître, le milliardaire a laissé un message énigmatique. Peter, son avocat, et Sarah, son assistante, le décryptent… et se trouvent emportés dans une course-poursuite qui va les précipiter des glaces de l’Antarctique aux forêts vierges de Mélanésie en passant par les déserts de l’Arizona… En face d’eux, un ennemi multiforme et insaisissable prêt à détruire la planète pour prouver qu’elle est en danger. Tremblement de terre, tsunami, cyclone… Si les idéalistes fous ne sont pas neutralisés, des centaines de milliers de gens vont mourir dans une série de catastrophes naturelles d’une ampleur sans précédent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *