Etoile du matin (L

Dans une maison éloignée de tout, Owen Odell,un barde fini sa vie tranquillement. Il a beaucoup vécu. Et ses pas lui ont fait vivre une des légendes les plus connu, celle de l’étoile du matin, celle du libérateur. Il a lui-même crée cette légende, ou plutôt, la forme sous laquelle est raconté maintenant.
Alors, lorsqu’un jour, un jeune homme vient lui demandé de lui raconter de première main, il refuse. Il ne peut salir l’image qu’il a donnée de Jarek Mace. Le jeune homme parti se couché, il va malgré tout raconter l’histoire telle qu’elle a eu lieu. N’ayant d’auditoire, il se contentera de lui-même. Et le libérateur de se montrer tel qu’il était, un voleur, menteur, mais qui poussé par la destinée fera son devoir, celui du Libérateur, celui de l’Etoile du matin.

Comme d’habitude, David Gemmell nous emporte dans une épopée pleine de combats, de défits personnels, mais contrairement aux autres récits, ce ne sera pas une guerre humain contre humain, ou contre une armées de monstres, mais contre le mal.
On retrouve un héros, pas du tout héros de base, mais qui va le devenir, tout au long du récit. Et jusqu’au bout, ce sera contre sa volonté, poussé par la nécessité, le jeu parfois. Ses actes suivent une ligne parallèle à la légende officielle, mais sans ce n’est ni la bravoure, ni le bien qui lui fera agir. Seulement la survie.
Comme quoi c’est l’Histoire qui forge la réalité, et non la réalité. Et en ces temps, l’histoire était le fait de ceux qui la colportait, les marchands, les voyageurs, les bardes.
Petit plus par rapport à d’habitude, un jeu avec le temps, le passé rattrapant le présent, le présent disant bonjour au passé.

Petit rappel. Laisser passer un peu de temps entre chaque livre de l’auteur, quelle que soit la série. Vous risquez un peu de lassitude à cause du côté répétitif des héros, de la forme de l’écriture. Ce n’est pas un reproche, juste une recommandation, pour ne pas gâcher le plaisir de la lecture.

Dans une maison éloignée de tout, Owen Odell,un barde fini sa vie tranquillement. Il a beaucoup vécu. Et ses pas lui ont fait vivre une des légendes les plus connu, celle de l’étoile du matin, celle du libérateur. Il a lui-même crée cette légende, ou plutôt, la forme sous laquelle est raconté maintenant.
Alors, lorsqu’un jour, un jeune homme vient lui demandé de lui raconter de première main, il refuse. Il ne peut salir l’image qu’il a donnée de Jarek Mace. Le jeune homme parti se couché, il va malgré tout raconter l’histoire telle qu’elle a eu lieu. N’ayant d’auditoire, il se contentera de lui-même. Et le libérateur de se montrer tel qu’il était, un voleur, menteur, mais qui poussé par la destinée fera son devoir, celui du Libérateur, celui de l’Etoile du matin.

Bragelonne (2003)301 pages 20.00 € ISBN : 2-914370-48-2
Traduction : Alain Névant
Titre Original : Morningstar (1992)

Couverture : Didier Graffet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *