Fabuleux Maurice et ses rongeurs savants (Le) de Terry Pratchett

Qu’est ce qui était passé par la tête de ces rongeurs et de ce chat, s’installer à côté de l’université de l’invisible. Bien entendu, les rats bouffèrent une connerie et le chat en attrapant un rat contaminé le devint à son tour. Ces animaux étaient devenus conscients, intelligents et pouvaient parler!!
En découvrant cela, le chat, Maurice, a eu l’idée de s’associer avec les rats pour jouer un tour aux Humains. En errant dans les rues d’Ankh Morpork, il decouvrit un jeune joueur de flûte un peu idiot. Il lui promit des montagnes d’or, et se l’attacha comme chasseur de rat. Les rats envahiraient un village, le joueur les chasserait et Maurice dirigerait toute l’affaire et servirait d’intermédiaire entre rats et joueur.
Les rats de leur côté, ont un but. Menés par Pur Porc, un vieux rat qui désapprouve leur évolution, Noir-Mat, qui a organisé une armée de rats, Pêches, qui a appris à lire et à ecrire, et pistou, un rat faible mais intelligent, ils cherchent à amasser assez d’or pour pouvoir affreter un bateau et s’exiler sur une île sur laquelle pourra se developper leur civilisation naissante.
Mais les rats pensent avoir assez pour partir, et décident que Bad Igoince serait leur dernier coup. Cependant, un village où ne vit aucun rat, et où les chasseurs de rats utilisent des lacets pour simuler des queues de rongeurs ne peut être normal. Mais alors, pas du tout.

“un roman du disque monde” certes mais un roman indépendant. Maurice fait peu d’allusions au reste de l’univers du disque monde (l’université de l’invisible est la plus notable) et peu donc se lire indépendamment du reste.
Mais d’autres romans des annales sont aussi assez indépendants et ce n’est pas ça qui distingue maurice du reste.
Ce n’est pas non plus l’humour, toujours aussi présent, toujours aussi fin, toujours aussi caustique.
Ce n’est pas non plus l’histoire, abracadabrantesque comme il se doit, à la limite de l’absurde mais tellement cohérente dans le disque monde.

Je pense que la seule distinction avec le reste de la série réside dans une écriture plus simple, comme si pratchett avait voulu faire un livre destiné à un public plus jeune. ce roman se lit plus vite que les autres, il n’y a pas de façon flagrante la dénonciation d’un travers humain (juste vu une allusion à disneyland mais c’est tout), mais la différence reste minime.

Qu’est ce qui était passé par la tête de ces rongeurs et de ce chat, s’installer à côté de l’université de l’invisible. Bien entendu, les rats bouffèrent une connerie et le chat en attrapant un rat contaminé le devint à son tour. Ces animaux étaient devenus conscients, intelligents et pouvaient parler!!
En découvrant cela, le chat, Maurice, a eu l’idée de s’associer avec les rats pour jouer un tour aux Humains. En errant dans les rues d’Ankh Morpork, il decouvrit un jeune joueur de flûte un peu idiot. Il lui promit des montagnes d’or, et se l’attacha comme chasseur de rat. Les rats envahiraient un village, le joueur les chasserait et Maurice dirigerait toute l’affaire et servirait d’intermédiaire entre rats et joueur.
Les rats de leur côté, ont un but. Menés par Pur Porc, un vieux rat qui désapprouve leur évolution, Noir-Mat, qui a organisé une armée de rats, Pêches, qui a appris à lire et à ecrire, et pistou, un rat faible mais intelligent, ils cherchent à amasser assez d’or pour pouvoir affreter un bateau et s’exiler sur une île sur laquelle pourra se developper leur civilisation naissante.
Mais les rats pensent avoir assez pour partir, et décident que Bad Igoince serait leur dernier coup. Cependant, un village où ne vit aucun rat, et où les chasseurs de rats utilisent des lacets pour simuler des queues de rongeurs ne peut être normal. Mais alors, pas du tout.

Les déchets magiques de l’Université de l’Invisible ont transformé le chat Maurice et les rats des
environs en créatures super intelligentes, dotées de parole et d’une conscience du monde très aiguë. Maurice est devenu le roi de l’arnaque. Avec sa bande de rats (Pur-Porc, le dominant, Pistou, le rat albinos, ou encore Sardines, pro des claquettes), il parcourt les cités qu’il pille joyeusement en simulant des invasions, grâce à un complice benêt, le joueur de flûte. Mais arrivés à Bad Igoince, la petite bande tombe sur un os. Un village sans rats où vivent pourtant des chasseurs de rats, voilà qui est étrange.
Voire carrément malsain…

L’atalante 6.40 € ISBN : 2266182021
Traduction : Patrick Couton
Couverture : David Wyatt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *