Farlander de Col Buchanan

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 8.7/10 (3 votes pris en compte)

Le cœur du monde – Tome 1

Le monde est sous la domination totale des Manniens et de leur terrible religion. C’est dans ce monde que grandit Nico, et plus précisément dans une ville qui résiste depuis maintenant 10 ans à l’envahisseur, mais la situation se complique, les réserves s’épuisent et beaucoup ne mangent pas à leur faim.

C’est dans ce contexte que le jeune garçon croisera la route de Ash, un membre de l’ordre de Rōshun qui le choisit comme apprenti. Les Röshun sont un peuple à part qui vend des amulettes de protection. Si le porteur se fait tuer, les Röshun vont tuer l’assassin. Le destin de Ash sera donc de rentrer dans cette ordre et de se faire accepter. Ash est vieillissant et bien qu’étant le meilleur Röshun, il sent que sa fin approche.

Annoncé comme LA sortie fantasy de l’année, je me suis empressé de me jeter sur le titre, le précédent choix de Stéphane Marsan (Bragelonne), m’ayant littéralement scotché (il s’agissait de Cantique de Ken Scholes). L’histoire de celui-ci me plaisait bien ici aussi et les comparaisons, notamment avec Gemmell, m’ont incité à le commencé sans tarder.

Je commence donc l’histoire et me retrouve tout de suite confronté à Ash, en pleine vendetta : le combat qui s’ensuivra est digne effectivement de David Gemmell, le guerrier opposé au nombre, désireux de remplir sa mission coûte que coûte… Cela a un prix, il devra prendre un apprenti pour avoir une chance de rentrer chez lui. Mais le côté « fragile » du héros commence à surgir, et on sympathise avec ce personnage qui, bien qu’assassin, ne fait que respecter la parole que son peuple avait donné.

Le personnage reste pourtant assez commun et ne présente à mon sens pas un intérêt particulier, tout comme son apprenti d’ailleurs qui est un gamin paumé qui se retrouve finalement sauvé par le choix du vieil homme. La suite demeure elle aussi très classique avec un parcours initiatique du jeune garçon qui va apprendre le métier de tueur…

De l’autre côté, nous avons une religion tellement extrême qu’elle en est peu crédible.

Par contre, tout changera et se complexifiera lorsque le respect de l’engagement des Röshun les obligera à affronter un des personnages les plus importants de l’Empire de Mann… et c’est aussi à partir de ce moment là que l’histoire s’emballe et que nous commençons à vraiment plonger dans l’histoire de Col Buchanan.

Le Final est lui aussi une surprise, de taille, et rattrape un peu les quelques longueurs de l’ensemble.

Un bon roman de Fantasy, même si je ne le trouve pas particulièrement exceptionnel.

Bragelonne (24 uin 2011) – 482 pages – 22.00€ – 9782352944829

Traduction : Emilie Gourdet

Ash est un farlander, un « homme du lointain » venu d’une île où les hommes ont la peau noire. Il appartient à un ordre d’assassins d’élite, les Rõshun, qui fournissent une protection fondée sur la vendetta: qui menacerait la vie de leurs clients deviendrait leur cible. Nul ne s’y risque, car nul n’échappe aux Rõshun.
Mais Ash est vieux et malade. Le temps est venu de prendre un apprenti qui lui succèdera. Il choisi Nico, un gamin de la cité de Bar-Khos, assiégée depuis dis ans, dernière à résister à un empire d’une atroce cruauté. Affamé, désespéré, Nico n’a pas de meilleur choix que de suivre le vieil homme au monastère des Rõshun où il apprendra le meurtre, mais aussi l’amitié et l’amour…
Le jour où l’héritier de l’Empire égorge délibérément une jeune fille portant le sceau des Rõshun, l’ordre exige d’assassiner l’homme le mieux protégé du monde.
Les Rõshun échouent l’un après l’autre. Ash se propose, il n’a plus rien à perdre. Le jeune Nico l’accompagne.

Farlander de Col Buchanan, 8.7 out of 10 based on 3 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *