Fragment

Dans un monde pas très loin du notre, il est désormais possible de se débarrasser de son enfant quand celui-ci est déjà grand ; l’enfant est “fragmenté”, c’est membre et organes seront repartis sur plusieurs personnes.
Trois enfants vont se retrouver sur la liste des futurs fragmentés pour des raisons diverses : Connor est un garçon turbulent et ses parents ne veulent pas continuer sur cette voie ; Resa est une fille orpheline dont le talent ne justifie pas que l’état continue à payer pour elle ; Lev est un garçon d’une famille très croyante qui avait décidé dès la naissance de le fragmenter, une sorte de don à la société.
Les routes des trois jeunes se croiseront et ils devront ensemble faire front pour échapper à leur poursuivant.


Le principe de la fragmentation peut paraître particulièrement odieux annoncée comme cela mais les raisons qui ont poussé l’acceptation de telles lois ne semblent finalement pas si sulfureuses que cela : les états avaient besoin d’un taux de natalité plus grand et dans le même temps les instances religieuses souhaitaient une interdiction de l’avortement… Ajouté à la loi sur la fragmentation, l’auteur met en parallèle des lois rendant responsable de la vie d’un nourrisson les personnes à qui l’ont déposent de jeunes nourrissons sur le paillasson.
Tout le monde semble donc satisfait : la natalité repart, les avortements baissent et les parents sont heureux de savoir que leur décision d’être parents n’est pas irrévocable.
Les enfants deviennent donc des marchandises comme les autres que l’on peut avoir ou se débarasser à volonté et ce pas uniquement dans le domaine privé ; s’il est intéressant de voir que les parents de Connor ont finalement du mal à éprouver des remords, l’état n’en sort pas grandi non plus, puisqu’une pupille de l’état se retrouve condamné au même sort parce qu’elle n’est pas la meilleure et n’est donc pas suffisamment rentable.
Le cas de Lev est encore plus choquant, doit-on parler de générosité quand il s’agit de la vie humaine ? La question est d’autant plus ambiguë que l’enfant accepte avec joie son sort et ne devra son salut qu’à un concours de circonstance.
J’ai suivi avec plaisir les péripéties de ces trois jeunes tout en gardant à l’esprit que ce qui est annoncé n’est pas forcément du domaine de l’irréalisable..

Dans une société traumatisée par la Seconde Guerre Civile, la charte de la vie vient d’être signée. Elle stipule que l’on peut « fragmenter » un adolescent âgé de treize à dix-huit ans. La fragmentation consiste à « résilier » un enfant rétroactivement sans mettre fin à sa vie.
Connor, Risa et Lev se retrouvent tous les trois sur la liste fatale. Leur seule échappatoire : fuir, se cacher, survivre alors qu’ils sont traqués par les Frags, la police des fragmentés.

Le Masque Msk (Avril 2008)446 pages 13.50 € ISBN : 9782702433911
Traduction : Emilie Passerieux
Titre Original : Unwind (2007)

Couverture : Onemader et C. Rondinaud

Laisser un commentaire