Ghostopolis de Doug Tennapel

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.0/10 (1 vote pris en compte)

Allan : L’agent Franck Gallows a pour mission de renvoyer les fantômes et autres types de revenants directement à Ghostopolis. On ne peut pas vraiment dire que son travail lui plaît ou qu’il y mette tout son coeur, alors il n’est pas vraiment étonnant qu’un accident finisse par se produire… En chassant un cheval-squelette, le chasseur de fantômes qui brille par sa négligence, envoie avec ledit cheval un jeune garçon Garth dans le monde des morts… Jeune garçon qui cumulait déjà les déconvenues puisqu’il est atteint d’une maladie incurable et mortelle à échéance plutôt courte !

Franck se rend compte de la terrible bévue et veut réparer son erreur en partant à Ghostopolis mais son responsable juge la situation déjà suffisamment grave pour ne pas y rajouter une couche ! Qu’à cela ne tienne, Franck partira avec son amie Claire, une fantôme dont il est épris.

Choisir comme personnage central de l’histoire un gamin atteint d’une maladie incurable n’est pas le point de départ idéal pour faire sourire le lecteur et pourtant Doug Tennapel réussit à apporter une bonne dose d’humour et d’espoir à un récit qui aurait pu être beaucoup plus sombre. On s’attache rapidement au personnage de Franck Gallows qui est presque l’exact opposé de Garth : il semblait avoir les moyens de faire de grandes choses mais par fainéantise semble avoir tout gâché alors que le jeune Garth aimerait bien avoir une chance de mener une vie normale.

Rapidement, tout s’accélère avec ces luttes et résistances qui semblent rythmer les journées de l’Au-Delà. Des sujets importants sont abordés, la mort bien sûr, avec ce fatalisme de Garth qui ne voit finalement pas ce que ça change d’être mort maintenant ou un peu plus tard, l’Amour aussi avec cette relation contre nature entre Franck et Claire, des thématiques relativement proches des sujets de préoccupations des adolescents mais pas suffisamment marqués pour rebuter le lecteur adulte qui voudrait s’intéresser au récit.

J’ai particulièrement apprécié le personnage du grand-père du garçon, qui refusait de grandir et qui va voir sa vie (ou plutôt sa mort) radicalement changée au contact de son descendant.

Les dessins sont simples sans être simplistes et servent parfaitement ce genre de conte sur le monde des morts.

J’ai passé pour ma part un bon moment à découvrir cet auteur.

Jade (11 ans) : J’ai trouvé que “Ghostopolis” était un comic drôle et en même temps rempli d’émotions : de suspens, de peurs, d’humour, …
Mes moments préférés sont :

  • Quand le cheval fantôme apparaît,
  • Quand Franck est chez le loup-garou
  • Quand les dinosaures attaquent le cheval et Garth
  • et quand Garth et Vaugner se battent.

Milady Graphics (Avril 2012) – 266 pages – 22.90 € – 97828112060079
Traduction :
Philippe Touboul
Titre Original : Ghostopolis (2010)
Coloristes : Katherine Garner, Tom Rhodes
Design : Phil Falco.

Le jeune Garth ne pensait pas découvrir si tôt le monde des spectres !

Propulsé par accident à Ghostopolis par Franck Gallows, un chasseur de fantômes fatigué, il se découvre des pouvoirs spéciaux… et de nouveaux ennemis ! Car ses nouvelles capacités font des envieux parmi les puissants.
Franck sait que les heures de Garth sont comptées. Il n’a pas le choix : il doit s’infiltrer dans Ghostopolis et trouver une issue vers le monde des vivants. 

Ghostopolis de Doug Tennapel, 9.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *