Gorges de cristal (Les) de David Eddings et Leigh Eddings

Rêveurs (Les) 3

Le Vlagh a été vaincu une fois de plus, dans le domaine du sud, celui de Veltan, cette fois ci grâce à une mystérieuse alliée qui a dévié un geyser pour qu’il noye à la fois les soldats du vlagh, et aussi ceux du culte d’Amar, venus s’approprier l’or de Dhrall. Sans prendre de repos, nos héros pensent à la suite des évènements car, ils en sont convaincus, leur ennemi recommencera ailleurs. Et comme les routes de l’ouest et du sud lui sont coupées par un volcan et une mer, il ne peut que s’attaquer au nord de Dhalaine et à l’est d’Aracia. Pour prévenir leurs attaques, les Maags partent au nord, les trogites à l’est. Sur place, les farouches navigateurs font la connaissance des cavaliers du prince Ekial, mercenaires recrutés sur un autre continent eux aussi, tandis que Narasan et ses guerriers rencontrent la reine Trenicia, une farouche amazone elle aussi venue d’ailleurs.

Chacun de leur côté, les deux corps d’armées s’organisent et préparent leurs défenses. Mais Aracia ne veut défendre que son temple, pas son domaine, qu’elle est prête à abandonner au Vlagh, sans remords. Narasan s’emporte, et ne doit qu’à l’annonce de Lillabeth, la rêveuse d’Aracia, de ne pas rompre définitivement avec la déesse, puisqu’il est établi que l’attaque se fera au Nord.

Mais le Vlagh, comme lors du précédent conflit, a inauguré de nouvelles armes, et il compte bien s’en servir pour empêcher ses adversaires de le contrer. déjà, ses soldats s’infiltrent au Nord et commencent leur insidieux travail de sape. Si personne ne réagit, le Nord sera perdu.

Les Eddings sont quasiment des dieux de la Fantasy, mais plus ils avancent dans cette histoire, moins ils méritent ce titre. J’ai adoré les deux premiers, j’ai detesté celui-ci. J’ai du m’accrocher pour le finir, et autant dire que je n’y ai presque pas pris de plaisir, c’était plus pénible qu’autre chose. Dommage après tout ce qui nous avaient été promis, mais la vérité est là, c’est le naufrage du cycle des rêveurs.

Après tout, une fois qu’on a compris comment l’histoire fonctionnait, tout devient monotone. Les Eddings ne font que se répéter d’un livre à l’autre, sans changer la recette : Un domaine, un rêve, des défenses, l’arrivée des méchants, des batailles et une aide mystérieuse. C’est simple, facile à écrire, ça captive le lecteur moyen et ça rapporte gros. Oui mais voilà, on s’en rend vite compte, et ça casse, surtout qu’on n’attend pas ça d’eux. Non franchement, l’histoire ne m’a pas interessé, car on devinait à peu près le contenu des prochains chapitres, voire même ce qu’ils allaient faire. Et même l’évolution des créatures du Vlagh ne suffit pas, car c’est là encore de la linérarité à n’en pas finir.

Du coté des personnages, le constat est encore pire. C’est plus flagrant qu’avant, mais ils se ressemblent tous. Mêmes réactions quasiment, même comportement et, pire encore, mêmes expressions. Ils ne cessent de se répéter, comme des perroquets, toujours les mêmes termes dans des héros aux cultures pourtant différentes, on sent que ça ne va plus là. En outre, les auteurs utilisent encore plus qu’avant les retours en arrière ou les prolepses. Dès lors, associé à un changement de perspective ou de narrateur, ils doivent alors à chaque fois redire ce qui s’est passé, et c’est lourd, très lourd même. On est moins lié aux personnages, et en plus ils ne se distinguent pas les uns des autres.

Franchement, passez votre chemin, ce livre est nul, les premiers laissaient de l’espoir, mais ce dernier les enterre. C’est fini pourrait-on dire, les Eddings sont gâteux, ils rabachent et ne dépassent qu’à peine le niveau des séries comme warcraft ou Diablo. C’est cher payé pour une telle prose. Donc, à réserver pour les fans absolus, qui n’ont pas peur de perdre leurs illusions.

Malgré des défaites cuisantes, le seigneur Vlagh, entouré par ses armées de créatures hybrides, n’a pas dit son dernier mot. Il cherche toujours à conquérir le royaume de Dhrall. Cette fois, il a créé de nouveaux soldats : ce ne sont plus des mélanges d’insectes et de reptiles sans conscience, mais des espions intelligents à l’apparence humaine. Les habitants de Dhrall sont de plus en plus perturbés par l’intrusion secrète de ces agents et ne peuvent même pas se tourner vers les Dieux. Ces derniers approchent de leur fin de règne et cèdent la place aux jeunes enfants-dieux. A la détresse des habitants de Dhrall vient s’ajouter une nouvelle menace, un ennemi surnaturel qui a évolué dans l’ombre. Voici le troisième volet du cycle ” Les Rêveurs ” : une saga où se mêlent magie, aventures et batailles épiques, servie par le talent incontournable du couple phare de la fantasy.
Fleuve Noir Rendez-vous ailleurs (Juillet 2006)415 pages 9.99 € ISBN : 2-265-08286-4
Traduction : Jean-Claude Mallé
Titre Original : The Crystal Gorge (2005)

Couverture : Etienne Le Roux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *