H.P.L de Roland C. Wagner

“Je ne vois donc aucune raison de prostituer mon oeuvre”

Une petite biographie de Lovecraft, durant sa vraie vie d’abord, avec ses débuts dans l’écriture, sa vie professionnelle, ses déboires sentimentaux, des choses connues des fans. Mais très rapidement, nous passons dans la phase obscure de la vie de Lovecraft, l’équivalent littéraire du King. ( qui, nous le savons tous, est soit en vie mais sur Mars, soit dans un centre de désintoxication avec Pete Doherty et Britney Spears à qui il apprend comment chanter correctement) Et là, c’est un petit festival de bonnes idées : rencontre avec des auteurs connus : Dick, Heinlein, correspondance soutenue ( la légende de la correspondance lovecraftienne ), brouille avec des amis, des magazines. N’oublions pas non plus qu’il devient rapidement une légende vivante, l’égal de Hugo Gernsback pourrait on dire, qu’il anime le fandom us, qu’il est une star parmi les stars en somme. Il y a aussi le récit de certaines de ses histoires, ses romans ( très peu), ses déboires littéraires, ses orientations politiques, la légende raciste notamment. Une vie qui semble correspondre à ce qu’elle aurait pu être semble-t-il, s’il existe une logique dans le vie bien sûr!! Et ce jusqu’à la mort du maître de Providence, là aussi objet d’un fait divers surprenant mais somme toute logique. ( surprise…)

H.P.L est une des premières oeuvres publiées par Actusf sous le label “Les trois souhaits”, mais la nouvelle en elle même a déjà été publiée en 1997 dans le recueil Musique de l’énergie chez Nestiveqnen. Elle a d’ailleurs gagné le prix Rosny la même année! Il s’agit donc ici d’une réédition qui vise à faire connaître une nouvelle peu connue de Roland Wagner, tout en la mettant en valeur. Et elle a même déjà eu droit à une micro-micro parution en 1995 aux éditions L’Astronaute mort, avec un tirage de 70 exemplaires et une préface de Joseph Altairac( Ahah, on comprend comment elle a gagné le prix rosny…je plaisante évidemment), puis dans le numéro 08 de la revue cyberdreams en 1996. ( quel destin mouvementé me direz vous)

En effet, on ne peut que noter la grande qualité du livre. Une couverture de Caza, sublime à tout le moins, avec un Lovecraft aussi verdâtre que R’lyeh. Un papier de qualité, avec une mise en page irréprochable et sans aucune coquille, et même une traduction en anglais par Jean-Daniel Brèque, rien que ça ! Des invités prestigieux pour un auteur qui l’est autant, tout ça dans un petit livre magnifique, un petit joyau sans écrin…

Mais c’est là où le bât blesse, le confort et la beauté son indéniables, mais il faudra quand même débourser cinq euros pour trente pages, un peu cher quand même. Après, soit vous êtes un inconditionnel de Lovecraft, de Roland Wagner ou des deux et vous l’achetez, soit vous passez votre chemin. A la limite, il est même plus interéssant d’acheter le recueil originel chez Nestiveqnen, le rapport quantité/prix joue en sa faveur en tout cas. Néanmoins, cette réédition a le mérite de rendre plus connu une nouvelle très bien écrite.

Sur son contenu, je ne m’attarderai pas, car finalement, chacun a ses propres attentes. Pour ma part, je n’ai pas été déçu par le futur de Lovecraft. C’est caustique, fidèle à ce que l’histoire a retenu de lui, et jamais dénué d’humour. C’est du Roland Wagner finalement!! La nouvelle est bien ciselée, orchestrée comme il faut, elle n’a pas gagné le Rosny pour rien après tout.

Né le 20 Août 1890, Howard Phillips Lovecraft n’est pas mort comme on le croit en 1937. Découvrez comment il a vécu jusqu’à 101 ans, côtoyant Philip K.Dick, John W.Campbell ou Robert Heinlein. Découvrez surtout les nouvelles et romans qu’il a écrits jusqu’à la fin de sa vie !

Actusf Les Trois souhaits (2007)30 pages 5.00 € ISBN : 2-9522502-2-7
Traduction : Jean Daniel Brèque
Couverture : Caza
L’Astronaute mort 1995

Laisser un commentaire