Harlequin Valentine de Neil Gaiman

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

C’est la Saint Valentin. En preuve d’amour, Arlequin offre son coeur à Missy, qu’il souhaite être sa Valentine. Il lui offre au premier sens du terme, en le clouant sur sa porte. Invisible, il suit Missy afin de voir ce qu’elle va faire de son coeur.

Pour qui est habitué au comic Sandman, cet opus est un choc : le scénario est excellent, comme d’habitude, et le dessin est ENFIN à la hauteur de l’histoire. Seul Chris Bachalo et Dave McKean trouvait grâce à mes yeux pour la mise en image du travail de Gaiman, on peut maintenant ajouter John Bolton (et Yoshitaka Amano pour Les Chasseurs de Rêves).

John Bolton est présenté dans les notes comme un psychopathe, mais si les troubles mentaux sont la rançon du talent, on comprendra que l’artiste soit vraiment bizarre. Acrylique ? Photo peinte ? Mise en scène, mouvement, finesse des traits des personnages, tout es là, tout en sachant ajouter l’onirisme propre à Gaiman.

Côté scénario, Gaiman s’est cette fois intéressé à la masquarade et la la comedia dell’arte, avec une histoire belle et simple sur l’inversion des rôles.

A noter : On retrouve cette histoire uniquement sous forme de nouvelle dans Fragile Things.

C’est la Saint Valentin. En preuve d’amour, Arlequin offre son coeur à Missy, qu’il souhaite être sa Valentine. Il lui offre au premier sens du terme, en le clouant sur sa porte. Invisible, il suit Missy afin de voir ce qu’elle va faire de son coeur.

C’est la Saint Valentin, les coeurs à l’envers.
Arlequin et sa valentine, Colombine ?
Une petite romande d’hivers que nous offrent messieurs Gaiman et Bolton, moderne et magique.

Carabas (2003)40 pages 11.00 € ISBN : 2914203160
Traduction : Barbara Bessat
Titre Original : Harlequin Valentine (2002)

Couverture : John Bolton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *