Haute-

Un monde séparé en deux royaumes. Dans chacun de ces royaumes, on trouve des magiciens, différemment traités. Dans le monde intérieur, ils sont tués à la naissance, considérés comme des monstres, des non-humains dangereux. Dans le monde extérieur, c’est à peine mieux. Enlevés à leur famille, ils sont éduqué dans le but de servir d’outils… ceux ayant une prédisposition pour la lumière comme éclairage public, ceux qui ont un don pour les forces, comme ouvreur de porte, serviteur, ou pour faire tourner les moulins du royaume, et ceci toute leur courte vie. Ils sont éduqués pour une seule utilité dans la Haute-École. Tout ceci fonctionne très bien, la population n’ayant rien contre tous les bénéfices qu’apporte… et rapporte cette utilisation des magiciens, qui sinon seraient des être trop dangereux, si on les laissait libre.

Certains mages veulent pourtant changer cette situation et conspirent dans l’ombre du pouvoir. Arik Renshaw est l’un d’eux. Et sa destinée sera impitoyable.

Haute-École est le premier roman de Sylvie Denis. Une bonne idée, avec l’utilisation des mages comme outils, une lecture simple, des héros intéressants, mais je me suis un peu ennuyé, avec ce roman qui sera ma dernière lecture de 2005. Pourtant il y a de l’action, des intrigues, qui font plutôt penser à des cachotteries, vu l’importance des enjeux, de l’amour, mais il m’a manqué l’élan qui pousse à savoir la fin. Il n’y a pas vraiment d’invraisemblance, mais plutôt des déséquilibres de narration, de développement. Je ne me suis pas senti immergé dans un récit auquel on veut croire.
Heureusement que, individuellement, les héros, le scénario, les descriptions apportent un contenu assez agréable au roman. Dommage qu’il manque quelque chose pour lier la sauce.

Un monde séparé en deux royaumes. Dans chacun de ces royaumes, on trouve des magiciens, différemment traités. Dans le monde intérieur, ils sont tués à la naissance, considérés comme des monstres, des non-humains dangereux. Dans le monde extérieur, c’est à peine mieux. Enlevés à leur famille, ils sont éduqué dans le but de servir d’outils… ceux ayant une prédisposition pour la lumière comme éclairage public, ceux qui ont un don pour les forces, comme ouvreur de porte, serviteur, ou pour faire tourner les moulins du royaume, et ceci toute leur courte vie. Ils sont éduqués pour une seule utilité dans la Haute-École. Tout ceci fonctionne très bien, la population n’ayant rien contre tous les bénéfices qu’apporte… et rapporte cette utilisation des magiciens, qui sinon seraient des être trop dangereux, si on les laissait libre.

Certains mages veulent pourtant changer cette situation et conspirent dans l’ombre du pouvoir. Arik Renshaw est l’un d’eux. Et sa destinée sera impitoyable.

L’Atalante La Dentelle du cygne (2004)457 pages 19.50 € ISBN : 2-84172-263-5 2000

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *