Immunit

Paradoxe temporel, supprématie des robots sur les humains, grande guerre apocalyptique qui a rasé de près la surface de la terre, racisme, les grand thèmes de la SF sont présents dans ce recueil.
Dick arrive à créer son ambiance et ses situations en quelques phrase, ce qui laisse toujours admiratifs et pensifs (oui, évidemment, c’est le lecteur qui fait tout le travail de création des mondes, sans en avoir l’air).

On peut noter une touche d’originalité (que l’on retrouve dans Le maître du Haut chateau 1962) dans la nouvelle “Le tour de roue” (1953) : des concepts religieux et sociaux orientaux sont repris pour créer de la SF / anticipation, domaine encore peu exploité, mais tout aussi intéressant et intelligent.

Certains dénouements de nouvelles (“Le crâne”, “Au service du maître”) sont évident dès la troisième page, mais ce n’est pas pour autant que l’on devrait bouder son plaisir. L’écriture est fluide, sans ces soubresauts qui semblaient caractéristiques de la plume de Dick, mais peut-être est-ce dû autravail d’Hélène Collon, une “traductrice harmonisatrice”.

“Là où il y a de l’hygiène…” présente une obsession pour les dents blanches, l’absence d’odeur corporelle, et de beaux cheveux qui n’a pas changé depuis 1954. Faut-il en déduire que les modes passent mais que les psychoses humaines perdurent avec la société de consommation ? La volonté de supprimer tout ce qui relève de l’organique est partout… et rien ne change.

Les nouvelles sur le thème du racisme prennent un tour étrange (“Le tour de roue”, “James P Crow”, “Expédition en surface”. Elles présentent une conscience des évenements et des sitations. Le phénomène de retrournement (les Caucassiens sont des sous-humains, par exemple) est tout à fait classique mais toujours bien mené, l’empathie apparaît. Mais que deviennent les réflexions inspirées par la littérature ?

Nouvelles de 1952 à 1954.

Demain… les robots, bien plus performants que l’humain moyen, nous auront supplantés.Nous erons persécutés par des mutants télépathes.Nous deviendrons les esclaves dela publicité. Demain, nous perdrons notre libre arbitre. Si toutefois nous survivons au grand cataclysme…
Tels sont les avenir pessimiste imaginéspas l’esprit paranoïaque de Philip K Dick. Ces nouvelle, dont les thèmes sont depuis devenus des classiques du genre, prennent sous la plume du Maïtre une saveur particulière. La question “et si ?” chère auxamateur d’anticipation, se pare ici de son sens le plus noir et le plus inquiétant.

Folio (2005)243 pages 6.00 € ISBN : 2-07-031586-X

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *