Inner City de Jean-Marc Ligny

54643Désormais, Paris Intra-muros est pratiquement désertée, ses habitants étant tous réfugiés dans les différentes réalités virtuelles alors que les populations les plus pauvres se retrouvent de l’autre côté du périphérique, exclus de la technologie mais aussi des ressources de base comme l’eau ou l’électricité, séparée de l’opulence par une enceinte mortelle.

Hang est un journaliste qui s’appuie sur les conflits réels pour obtenir des images de scènes de combats qu’il revendra par la suite aux groupes régissant les mondes virtuels tout en maintenant son propre réseau pirate. Il va voir petit à petit la révolte gronder chez les banlieusard.

En parallèle, Kris, payée pour sauver les gamers perdus dans les différents mondes imaginés sur le réseau, doit faire face à des épreuves de plus en plus difficile : les inners sont de plus en plus souvent victimes d’un phénomène les plongeant dans la réalité profonde, d’où il est difficile voire impossible de revenir…

Cette nouvelle édition d’un roman sorti intialement en mars 1996 a été revu par l’auteur pour remettre “à niveau” le contenu au vu des progrès scientifiques. Inner City nous plonge donc dans un Paris totalement vidé de sa vie, les habitants vivant désormais dans les mondes virtuels devenus omniprésents. Dans ce monde tout en numérique, deux populations existent : les inners représentant la frange “privilégiée” de la population accédant à l’ensemble des services vitaux en plus du réseau Maya et les Outers qui sont les “pauvres”, privés d’eau et d’électricité. Dans le roman, c’est deux populations sont séparés par le périphérique parisien, les inners étant intra muros. Difficile de dire si cette différentiation existe au-delà de la capitale, mais nous pouvons voir que la Bretagne notamment semble être un havre de paix où les inners “repentis” semblent vouloir prendre leur retraite du réseau. Dans ce nouveau monde, très sombre et inquiétant, Krys est une ange gardienne qui va sauver les inners perdus et ils sont de plus en plus nombreux : risquant sa vie à chaque instant, elle est au coeur de toute cette noirceur.

Le roman arpente donc cet univers virtuel sur les pas d’un fantôme qui semble perdre les inners dans une traque qui liera la Haute et la Basse réalité en montrant la déshumanisation de Paris. Au coeur de ces événements, des personnages, des personnages vraiment soignés, torturés, pas sûrs des décisions et des choix qu’ils font et c’est probablement ce qui fait la réussite de ce titre.

Un seul petit reproche, le début où il est difficile d’accrocher, avec le sentiment de partir un peu dans tous les sens mais un peu de résistance vous permettre de découvrir un très bon Cyberpunk !

Helios (Janvier 2016) – 3,99€ (Numérique) ou  8,00€ (Papier) – 324 pages –  9782366297997
Couverture
: Christopher Balaskas, Irys Balaskas

En quelques années, Paris est devenue une ville fantôme. Ses derniers habitants sont plongés en permanence dans les réalités virtuelles, bien protégés par une enceinte qui garde à l’extérieur, en banlieue, les pauvres et les miséreux. Mais leur vie dorée est menacée par un tueur agissant dans la Haute Réalité tandis que de l’autre côté du périf, la révolte gronde.
Dans ce climat explosif, Hang traque les scoops les plus sanglants pour mieux les injecter (et les vendre) dans ces mondes virtuels pendant que Kriss enquête pour neutraliser ce serial killer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *