Instinct de l’équarisseur (l’) de Thomas Day

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 7.0/10 (1 vote pris en compte)

Sherlock Holmes existe bel et bien ! Simplement il se trouve avec le professeur Watson sur une Terre parallèle ayant jadis reçu la visite des Worsh, des extraterrestres désormais parfaitement intégrés à la communauté humaine, qui bénéficie de leur technologie avancée ; et notre Conan Doyle, capable de se rendre sur cette autre Terre grâce à une invention de Watson se contente dans notre monde de raconter les vraies aventures du célèbre détective – très édulcorées, cela va sans dire. Car Holmes, l'”Assassin de la Reine”, n’a pas grand-chose à envier aux monstres qu’il pourchasse…
Le fabuleux trio, au fil de ses aventures, va devoir affronter pas moins de deux Jack l’Eventreur, et combattre l’infâme professeur Moriarty, ennemi juré de Sherlock Holmes, qui va tout faire pour découvrir la clé de l’immortalité – un secret qui se dissimulerait dans un bien mystérieux Instinct de l’équarrisseur

Folio (30 septembre 2004)403 pages 6.60 € ISBN : 2-070-042607- Couverture : Gil Formosa
Mnemos 2002

Etienne

Thomas Day revisite le mythe de Conan Doyle sous un angle beaucoup plus sombre, Holmes devenant une sorte de “double zéro” au service secret de sa majesté. Il continue à collaborer avec Watson mais ceux-ci sont issus de mondes parallèles et il continue à traquer Moriarty “génie contre génie”.

On suivra donc les aventures de Watson d’un côté, de Holmes de l’autre, avec un Jack l’éventreur au centre. L’imbrication des deux histoires “Jack/Moriarty” n’est pas évidente et on pourrait avoir l’impression que T. Day a réuni plusieurs nouvelles dans ce roman.

J’ai également trouvé qu’il y en avait un peu trop dans ce roman. Je suis toujours favorable à revisiter les mythes (j’avais adoré Agatha Christie par Paul Carta par exemple) mais là, trop de choses s’éloignent de l’original : de la SF avec les Worsh, des mondes parallèles, un Holmes obscur alors qu’il l’était déjà – opiumane, mégalo… pourquoi ajouter psychopathe ? Il ne s’agit pas vraiment d’un roman d’hommage mais d’un roman “librement inspiré par” qui y perd un peu de charme sans pour autant que l’histoire soit mal racontée, T. Day maitrisant son style.

Instinct de l’équarisseur (l’) de Thomas Day, 7.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *