Interview : Damian Eicker

Réalisée par :mail
Date :août 2005
Allan : Bonjour Damian, avant de commencer à parler de ton roman « L’enfant de la Mort », j’aimerais bien qu’on parle un peu de toi : quelles informations acceptes tu de donner sur ton histoire, sur ton cheminement et quelles raisons t’ont poussé sur les chemins de l’écriture ?
Damian : Il n’y a pas grand-chose à dire à mon sujet. La facette de ma personnalité complexe qui prend la plume s’appelle Damian. Je suis venu à l’écriture par hasard, d’abord pour extérioriser certaines émotions puis pour libérer un peu d’espace dans mon crâne envahi par des flots de personnages étranges et des bribes d’histoires. Mon imagination fonctionne souvent beaucoup trop. (rire)

Allan : Quels sont à ton avis les auteurs que tout fan de fantasy ou de fantastique devrait avoir lu ?
Damian : Là, tout est question de goûts. Je découvre régulièrement des auteurs, très souvent au hasard de flâneries dans les rayons librairie de différents lieux. Je ne sais pas s’il y a réellement des auteurs que l’on se doit d’avoir lu. L’important dans un livre, c’est que l’histoire nous accroche et nous transporte suffisamment. Il y a certes de grands classiques. Je pense par exemple à Tolkien. Mais ce courant est tellement riche que je serais bien en mal d’en citer des auteurs « piliers ».

Allan : La rédaction du premier volet t’a-t-elle pris du temps ou l’écriture s’est elle enchaîné sans difficulté particulière ?
Damian : Tout dépendait de l’inspiration et du temps disponible. Il y avait des jours où je ne rédigeais que quelques lignes et d’autres où c’étaient des blocs de plusieurs pages. Malgré tout, corrections exclues, tout cela a mis un an à germer et à s’étendre.

Allan : Pourquoi avoir choisi une jeune maison d’édition – en l’occurrence Iceberg Editions- pour publier ce premier roman ?
Damian : Par hasard. Lorsque j’écrivais « L’enfant de la Mort », je ne savais pas vraiment ce que j’en ferais une fois qu’il serait achevé. Je ne faisais qu’écrire cette histoire sans penser à son avenir. Et puis un jour, j’en ai fait lire quelques parties à une amie, Véronique Bacci, qui fondait à ce moment là Iceberg Editions. C’est elle qui m’a proposé de l’éditer. Et voila.

Allan : Nous allons maintenant entrer dans le vif du sujet à savoir le premier volume des Portes des Sphères Monde : as-tu une idée du nombre de volumes que comprendra le cycle et s’ils seront basés sur le même personnage ?
Damian : Le cycle devrait comprendre entre six et huit volumes, non pas basés exclusivement sur le même personnage, mais sur celles et ceux dont les histoires s’entrecroisent dans cet univers. Une fresque relatant l’Histoire des Sphères Monde, à travers les vies de quelques-uns de leurs occupants.

Allan : Est-il déjà totalement achevé ou attends-tu d’avoir certains retours pour rédiger la suite ?
Damian : J’attends des retours concernant le premier volume en effet, mais j’attends également de retrouver du temps pour me consacrer à tout cela. Ensuite, si l’inspiration veut bien suivre, le cycle progressera, bien que la rédaction du second tome ait déjà débuté.

Allan : Le personnage central, Nimethau, est victime de sa parenté et va tenter de percer son passé ; fils de La Mort et d’un ange déchu, son avenir semble sombre d’autant qu’Elon, son grand-père, s’acharne sur lui… Pourquoi avoir fait ce choix de rendre en même temps la Mort “plus humaine” et le Big Dieu uniquement intéressé par la conservation de son pouvoir… C’est un peu le monde à l’envers, non ?
Damian : J’avais envie de voir ce que cela pouvait donner si les rôles étaient inversés. Après tout, personne n’échappe à la Mort. Cela fait-il de celle-ci un monstre ? Ou bien est-elle simplement victime de sa réputation ? Quant à l’Etre Suprême, qui sait s’il n’est pas justement tel que décrit dans ce roman ? Après tout, d’anciens textes ne décrivent pas le dieu unique comme bienveillant. Et si l’humain est à son image, comment réagirais-tu si tu devenais tout-puissant d’un jour à l’autre ? On a beaucoup d’exemples, passés ou actuels de ce que devient un être humain avec beaucoup de puissance. Mais disons avant tout que j’ai voulu donner à ces personnages hors du commun des traits humains.

Allan : Les termes employés, La Mort en tant que personne, Dieu et “ange déchu” nous rattachent rapidement à nos cultures monothéistes pouvant entraîner un blocage de notre imaginaire quant à ce monde dans son ensemble. Etait-ce un effet volontaire, un effet pervers de notre enseignement ou encore la divagation d’un chroniqueur qui a bien besoin de vacances ?
Damian : Ayant reçu les bases d’un enseignement catholique, il y a de fortes chances que cela ait pesé sur mon imaginaire. Mais après tout, le système pyramidal est le système de gouvernement le plus classiquement utilisé. Il y a plus généralement un seul être au sommet qui gouverne les autres, même de façon détournée. Quant à la Mort, elle est universelle, ainsi que l’Etre Suprême, quel que soit le nom qu’on lui donne.

Allan : Que peux tu nous dire sur la suite des évènements ?
Damian : Que ce qui a pu être séparé peut être réuni, que ceux qui disparaissent peuvent réapparaître et que toutes ces histoires n’en constituent qu’une seule. (sourire mystérieux)

Allan : As-tu d’autres projets annexes ?
Damian : Quelques-uns, en effet. Mais je ne sais pas s’ils aboutiront. Je collabore à l’écriture d’autres Œuvres dans des styles différents, j’ai commencé quelques histoires dont je ne sais pas encore ce qu’il adviendra. Mais quoi qu’il en soit, la rédaction de ce cycle m’occupera pendant encore plusieurs années. (rire)

Allan : As-tu visité Fantastinet et si oui, que dirais-tu dessus ?
Damian : J’y suis passé en coup de vent une ou deux fois. Son contenu me semble intéressant mais je n’ai pas encore beaucoup eu le temps de l’explorer.

Allan : Que peut-on te souhaiter ?
Damian : Du courage et de l’inspiration, pour continuer ce cycle afin que vous vous en régaliez. (rire)

Allan : Le mot de la fin sera ?
Damian : Bonne lecture à tous les aventuriers qui passeront les Portes des Sphères-Mondes, mais ne vous perdez pas, on ne sait jamais ce qui vous attend au détour d’une page.
Et en un mot, merci.

Interview réalisée par mail entre le 02 août 2005 et le 16 août 2005 – Mise en ligne : 17 août 2005. © 2005 www.fantastinet.com – Tous droits réservés –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *