Interview de Yoann Berjaud

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 7.0/10 (1 vote pris en compte)

Chroniqueur depuis maintenant quelques années,  Yoann vient de publier chez Mnemos le chant premier. A défaut de pouvoir chroniquer le livre pour des raisons évidentes, nous vous proposons quelques échanges autour du titre.

 Bonjour Yoann, nous nous connaissons depuis maintenant quelques temps vu que tu es un de nos chroniqueurs, peux-tu te présenter sous ton nouveau visage à nos visiteurs ?

Je débute avec passion et enthousiasme une carrière d’écrivain de l’imaginaire. Je viens de publier chez Mnémos : « Le Chant Premier, les Derniers Guerriers du Silence ». Un Space Opéra, haletant, épique et mystique, situé dans l’univers des Guerriers du Silence de Pierre Bordage mais qui se lit indépendamment de la trilogie fondatrice (il n’est pas nécessaire d’avoir lu les épisodes précédents pour se lancer). Pour cet ouvrage, mes influences sont Dune, Hypérion, Star Wars, Matrix… Je vous invite à découvrir la présentation de l’ouvrage, le premier chapitre et de nombreuses chroniques sur le site de Mnémos

Tu as publié ton premier roman chez Mnemos, peux-tu nous dire comment tu en es venu à écrire ce roman ?
Ecrire est ma fulgurance, mon extase quotidienne, le portail par lequel je voyage aux confins du réel. Je suis un éternel rêveur, les mondes imaginaires ont imprégné toute mon enfance, mon adolescence et continuent de me transporter, de donner une saveur intense à ma vie. Je suis également un passionné de mythologies : hindoue, celtique, grecque, égyptienne… L’Orient et en particulier l’Inde et le Japon ont capturé mon cœur. Ce qui explique probablement pourquoi, je suis un perpétuel quêteur de vérité et de sens. Pour moi, la création est une démarche métaphysique, un voyage initiatique. La rédaction de chaque ouvrage est une aventure qui m’ouvre des portes sur la connaissance du monde et de moi-même. Mon art est engagé dans une recherche du rôle de l’être humain au sein de la société. A mes yeux, la Science-Fiction, le Fantastique et la Fantasy sont des instruments de réflexion au même titre que la philosophie et la psychologie. J’aime les univers extrêmes, surréalistes, oniriques, les jeux de réalité, le mystère. Créer des personnages profonds, vivants, passionnés, tourmentés est mon objectif principal. J’aime que mes héros aient une texture, une âme. C’est à l’âge de 22 ans que j’ai décidé d’arrêter mes études en économie, pour devenir ‘écrivain’, un coup de tête risqué, qui me conduisit finalement après trois années d’errance en école de journalisme où j’appris réellement à écrire. Vivre de ma plume, en devenant journaliste de presse régionale fut un premier succès. J’avais enfin trouvé une voie d’expression et une passion mais mon grand œuvre restait à réaliser : publier mon premier roman.
En parallèle, j’ai développé, pendant des années, une forte amitié avec Pierre Bordage dont les livres étaient à l’origine de mon envie d’écrire. Après une longue correspondance et plusieurs rencontres, je lui ai proposé d’écrire un roman situé dans l’univers des Guerriers du Silence. Il m’a alors mis à l’épreuve, avant de me donner son accord pour la réalisation de ce projet ambitieux : « Le Chant Premier, Les Derniers Guerriers du Silence » vient de paraitre chez Mnémos. Ainsi, ma quête artistique de romancier, ayant commencé à la lecture de Pierre Bordage, allait se réaliser grâce à lui. Pierre est en quelque sorte mon père en écriture et mon inspirateur.

Ce roman prend pied dans l’univers de Pierre Bordage, qu’est ce qui te fascine dans cet univers ?
Je suis un lecteur difficile et la trilogie des Guerriers du Silence de Pierre Bordage a su me prendre aux tripes comme nul autre. Sa fresque cosmique m’a emporté sur ses ailes comme un dragon m’entraînant vers les contrées du rêve. J’ai été ébloui, étourdi, gorgé de songe ! J’aime passionnément la profondeur qu’il donne à ses personnages. J’adore le rythme palpitant qu’il insuffle à ses récits. Je suis fasciné par la dimension spirituelle de ses intrigues. J’admire sa critique acerbe des religions et des sociétés sclérosées. Je vibre pour la qualité de son verbe et la beauté singulière de son écriture poétique. Je n’ai pas lu toutes ses œuvres mais aucune ne m’a jamais déçu que ce soit : Les Derniers Hommes, la trilogie des Prophéties, Griots Célestes, Porteurs d’âmes, Nuit Lumière ou La Fraternité du Panca ! Pour en revenir à la trilogie des Guerriers du Silence, chacun des héros de la saga de Pierre Bordage possède une âme vibrante : Tixu Oty est l’archétype parfait du héros au grand cœur, Aphykit Alexu, la belle Syracusaine, est délicieusement mystérieuse, le noble Mahdi Shari des Hymlayas représente le questeur de vérité, San Francisco, le majestueux Prince maudit de Jer Salem, est irrésistible et puis viennent la séduisante Phénix, l’éthérée Oniki Kay, le farouche Wu Phan Li, le brave Jek At Skin, l’adorable Yelle mais aussi tellement de personnages secondaires que Bordage a le don de rendre attachants comme Longshu Pae, Stanislas Nolutrist ou Kacho Marun. Plus que tout, c’est la fibre humaine du Conteur qui m’a touché, la force des sentiments qu’il communique à ses lecteurs. Donner vie à ces êtres de papier, comme il sait le faire, c’est leur donner l’immortalité.

As-tu eu l’occasion d’en discuter et de te synchroniser avec Pierre ?
J’ai travaillé en solitaire. J’ai relu avec attention la trilogie des Guerriers du Silence et j’ai longuement médité sur ce que je devais garder et aborder. J’ai laissé beaucoup de choses de côtés qui me plaisaient énormément mais que Pierre avait si largement et si bien traitées qu’il était inutile de revenir dessus. J’ai essayé de garder l’essence, l’esprit et le sel de la saga des Guerriers du Silence, je n’ai pas pu m’attacher à conserver tous les détails. Je devais aussi apporter quelque chose, ma part de créativité, ma patte, ma touche personnelle. J’espère avoir réussi à relever le défi de respecter l’âme de cet univers tout en y apportant mon cachet, ma personnalité, ma vision pour renouveler l’aventure et surprendre les lecteurs. Je me suis plus attaché à l’étoffe humaine des personnages qu’à la critique sociale qui est la spécialité de Pierre.

Alors, comment résumerais-tu ton histoire et de quelle façon s’intègre-t-elle à celle de Pierre ?
Je vais vous donner le pitch de départ :
La jeune Sékhem, l’amiral de la flotte spatiale des six anneaux de Sbarao est confrontée à l’arrivée d’un Objet Non Identifié Extra-Humain dans le voisinage de sa planète. Doit-elle tenter d’entrer en communication avec ce vaisseau ou éradiquer la menace immédiatement ? Les Scaythes d’Hyponéros ont laissé un souvenir sanglant derrière eux. Les races non humaines ne sont pas les bienvenues dans la confédération de Naflin, la décision de l’amiral Sékhem sera difficile à prendre !

L’histoire des Derniers Guerriers du Silence est celle d’un combat contre une apocalypse que l’on repousse et qui revient sans cesse. La guerre éternelle entre les puissances de la vie qui déploient le Chant Premier contre les forces du néant, le Blouf implacable et sourd. La thématique est la même que celle qui porte le cycle des Guerriers du Silence mais c’est le traitement de l’intrigue qui s’affranchit du cadre posé par Bordage. Une nouvelle équipe de héros, une poignée de résistants fragiles et farouches vont se dresser contre le Blouf, le mangeur de mondes et chercher un moyen de mettre définitivement un terme à son expansion dans la confédération des Cent Planètes de Naflin.

As-tu d’autres projets dans les tuyaux ?
Beaucoup en réalité, Fantasy, Fantastique, j’ai envie d’aborder tous les genres de l’imaginaire. Je travaille depuis 15 ans sur l’élaboration d’un livre-monde : « Ankh, L’Eveil du Prince ». Cette histoire que j’espère publier bientôt relate les chroniques d’une cité-univers sous un dôme d’énergie, cité-prison, cité-divine… cité-vivante où je peux concentrer l’essentiel de mes spéculations sur l’ordre social, la culture, les religions, la quête initiatique de l’être humain. Cette saga devait initialement être un Space-Opéra, tant les factions étaient nombreuses et les ambiances variées, et puis j’ai décidé de tout concentrer dans cette ville-bulle magique et explosive, où mille réalités s’entrechoquent…

As-tu eu des premiers retours ?
Beaucoup de retours positifs de la part de lecteurs, aussi bien de la part des fans des Guerriers du Silence que de ceux qui ne connaissent pas encore Pierre Bordage. J’ai rapidement vu apparaître des chroniques que j’estime très positives : (SciFi-Universe, Mythologica.net, le blog de l’Enjomineur (Gilbord), Psychovision.net ). J’ai été confronté à un bloggeur déçu par le déferlement de pouvoirs magiques mis en scène dans mon histoire. Je suppose que l’on ne peut pas plaire à tout le monde ! Mon souhait le plus cher et de faire rêver mes lecteurs par une approche sensible de l’être humain, une quête mystique, du suspense et de l’action, des surprises et des voyages dépaysant dans des décors oniriques !

 

Interview de Yoann Berjaud, 7.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *