Interview : Etienne Saint Elme

Réalisée par :mail
Date :février 2004
C’est après avoir reçu un email que j’ai découvert cet auteur des éditions Le Manuscrit et l’histoire m’ayant plu, j’ai contacté son auteur pour lui poser quelques questions dont voici les réponses…

Allan : « Les enfants prêtres de Verso » a été publié aux Editions « Le Manuscrit ». Est-ce là votre premier essai d’écriture ?

Etienne :En effet, il s’agit là de mon premier pas dans le monde de l’édition et sûrement pas du dernier à la vue de toutes les idées qui me traversent l’esprit.

Allan :Comment en êtes-vous venu à écrire ?

Etienne :Oups, vaste sujet. Plusieurs variables entrent en jeu dans l’explication de ma démarche. Dans un premier temps, cela répond à une réelle question existentielle : Comment meublerai-je mes longues soirées de retraite quand, dans moins de 20 ans, la société me fera remarquer qu’à la vue de mon âge je devrais laisser la place aux jeunes. Ces choses-là se préparent longtemps à l’avance. Dans un deuxième temps, je me suis mis à écrire pour « le fun », je veux dire par-là pour le plaisir d’écrire, de faire partager, de faire rêver ou trembler, suivant les histoires et passer ainsi un bon moment avec moi-même et les autres. Il y a, bien sûr, comme pour tout auteur une démarche d’auto-analyse, de projection dans les différents personnages, faire le point sur ses idées et opinions. Ecrire n’est pas simple, il y a toujours un cocktail de raisons qui se cache derrière la prise de la plume.

Allan :Ce qui étonne dans votre roman, c’est la mélange SF/Spiritualité. Alors que la plupart des Œuvres de SF désapprouvent d’une manière ou d’une autre la divinité en l’expliquant par exemple par la présence des E.T, vous avez lié tous les peuples de l’Univers dans une même croyance, celle d’Elohim, luttant contre la résurgence du mal. Pensez-vous donc que l’existence d’un Dieu est compatible avec l’existence d’autres entités intelligentes ?

Etienne : Ce mélange SF/Spiritualité était bien entendu largement prémédité puisqu’il correspond d’abord à ma propre croyance et qu’ensuite je n’aime pas forcément marcher dans les traces des autres puisque, quelque part, je suis anti-conformiste et ce, même dans ma propre croyance(je n’ai pas dit religion). En quoi la présence d’E.T nie t-elle l’existence d’un Dieu ? En rien et je dirais même qu’elle renforce l’universalité de Dieu. L’homme s’emprisonne dans une geôle géographique et temporelle et comme il s’y trouvait seul, il y a mis Dieu avec lui. Dieu est infini dans toutes les dimensions, il a tout le temps et ne risque pas d’ulcère en speedant. Comme je l’explique dans mon livre, nous sommes peut-être une simple planète qui s’est trouvée sur la route de ceux qui éduquent à la pensée divine comme nous pourrons le faire à notre tour quand nous serons aptes à voyager hors de notre système solaire et sa petite banlieue. Lisez certains livres sacrés et vous y trouverez matière à renforcer cette idée. Dans notre propre religion Judéo-Chrétienne, il est dit de Jésus qu’il n’est pas le gardien que d’une seule bergerie, lisez le Livre d’Ezéchiel dans l’Ancien Testament et vous apprendrez que « La Gloire de Yahvé » apparaissait sous la forme d’une roue avec des yeux tout autour, que les anges qui en sortaient étaient vêtus d’airain et quand ils déployaient leurs ailes, celles-ci faisaient un bruit de chute d’eau. Si ça, ce n’est pas en fin de compte un formidable témoignage de rencontre du 3ème type raconté avec les mots de l’époque… Pour moi, l’existence d’autres peuples dans l’Univers ne fait que me conforter dans l’idée d’un Dieu Universel qui, sous des formes différentes propage le même message et c’est pourquoi les religions devraient s’unir car elles dispensent aussi un même message mais qui est de plus en plus détourné. Mani avait eu raison en son temps et il a été assassiné pour cela.

Allan :A l’heure où les religions sont plus ou moins montrées du doigt dans l’éducation (port des signes ostensibles notamment), comment arrivez-vous à concilier à la fois votre métier et votre croyance ?

Etienne : Les religions sont montrées du doigt et pour moi, il s’agit d’un heureux événement car c’est la conséquence des erreurs de ces religions qui n’ont toujours pas compris que l’on inculque plus mais que l’on éduque, que tout doit se faire dans la tolérance, la liberté et le respect de la personne. Je renvoie les dites grandes religions dos à dos puisqu’elles sont toujours dans un schéma de rapport de force alors que la santé du monde voudrait que l’on s’unisse. Donc, pour ma part, je me sens très à l’aise dans mon métier d’éducateur qui forme à une démarche sociale des jeunes sans leur parler de Dieu ni de Allah ni de Bouddha. Soit dit en passant, il n’y a que le courant bouddhiste qui n’ait pas de sang sur les mains. Les religions, telles que nous les vivons et subissons depuis tant de siècles sont directement responsables des intégrismes, des fanatismes qui massacrent et tuent à travers le monde parce que l’homme veut faire dominer son Dieu et se sauver de l’enfer. On montre à juste raison les dangers de l’islamisme fanatique, ce chancre de notre civilisation, mais n’oublions pas que les catholiques ont su aussi tuer et massacrer pour convertir. Les religions sont bien trop orgueilleuses et accrochées à leur pouvoir pour changer cela alors qu’elles devraient s’unir et permettre la naissance d’une religion mondiale basée sur la tolérance, la liberté et le respect de tous. Marx avait dit que la religion était l’opium du peuple. Dieu sait que je n’ai rien d’un communiste mais j’irai plus loin que lui car certains peuvent trouver du plaisir dans l’opium et je dirai « les religions telles que nous les connaissons sont le garant de l’abêtissement des peuples ».

Allan :Pouvez-vous nous parler de vous et de vos goûts ?

Etienne :C’est la question la plus dure de notre entretien. Que puis-je vous dire si ce n’est que je suis une personne lambda qui s’inscrit, vous l’avez compris dans un courant spirituellement mondialiste et social au vrai sens du terme. Nous vivons tous sur le même rocher, alors partageons de façon objective et allons de l’avant. Je dispose de plusieurs passions dans ma vie :
-Mon travail qui est une source d’épanouissement car j’ai la chance d’exercer une profession enrichissante qui ne peut jamais aboutir à une routine sclérosante.
-Le sport :Je suis compétiteur en tennis de table et ce pour me prouver qu’après m’être relevé d’un cancer à l’âge de 11 ans, il est possible de bouger et de gagner.
-L’écriture : Maintenant que je me suis lancé, je vais continuer. Je viens de terminer une histoire style « thriller »
-La cuisine : Je suis du style « épicurien », j’aime ce qui est bon et j’en profite car la vie est une maladie mortelle a 100% et qu’il faut savoir se tailler des morceaux de bonheur avant de souffler la veilleuse.
-Les amis : c’est là que se trouve la plus grande richesse de l’homme mais beaucoup ne l’ont pas encore pigé et j’en suis triste pour eux.

Allan :C’est vous qui avez pris contact avec l’équipe Fantastinet. Comment nous avez-vous découvert et que pensez-vous de notre site ?
Etienne :J’ai pris contact avec vous pour donner un essor maximal à mon premier roman et je suis heureux de vous avoir découvert. Je vous ai trouvé sur la toile en regardant ce qui se faisait en matière de SF puisque je me place, à la vue de mes prochains romans, dans la famille des auteurs SF et Fantastique. Votre site est intéressant car facile d’accès, clair sans risque de s’y perdre et que vous donnez un avis précis et sans concession des Œuvres que vous analysez et exposez.

Allan :Quels sont vos projets, à courts, moyens et longs termes?

Etienne :Mes projets vont tous dans le même sens : Ecrire. Je viens de terminer un thriller assez ignoble il faut le dire et je travaille à le mettre sous forme de scénario pour une adaptation audiovisuelle. Et cela me laisse du temps aussi non pas pour cultiver mon jardin comme dirait Voltaire mais pour apprendre à cuisiner le foi gras avec de nouvelles saveurs car la cuisine est un art, une philosophie et une merveilleuse école de réflexion.

Allan :Un dernier mot pour conclure ?

Etienne :Je dédie mon premier roman à tous ceux qui rêvent d’un monde uni. Il y a du pain sur la planche mais après tout, pourquoi ne pas essayer ? On peut penser que je suis un idéaliste et j’assume cela en sachant que tout sur notre terre s’est fait à partir d’un rêve. Je donne rendez-vous dans quelques temps aux lecteurs pour la suite des « enfants prêtres de Verso », qui devrait s’appeler « Les prophéties de Shaouedden » où je pense aller encore plus loin dans l’action et dans l’explication de la notion de Dieu. Certes, les grands monothéistes grinceront des dents mais j’ai appris que nous vivions dans un pays de liberté où tout le monde peut encore s’exprimer et, après tout, la littérature, c’est du rêve…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *