Julien Delval

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Réalisée par :mail
Date :avril 2004
Nous vous avions promis que nous développerions la rubrique illustrateurs : nous essayons et nous vous proposons dès à présent l’interview de Julien Delval, qui illustre notamment certains ouvrages de la collection Icares de Mnemos avec Brio… Un vrai plaisir de voir les couvertures de Julien 😉 : voici le résultat de notre échange… En plus il nous a offert une petite dédicace que vous pouvez voir Ici

Allan : Tout d’abord, je tenais à vous remercier au nom de l’équipe Fantastinet d’avoir accepté de nous accorder un peu de temps…

Julien : Mais de rien !

Allan : Pouvez-vous nous parler du « parcours » qui vous a mené jusqu’à l’illustration et comment s’est passé le premier contact ?

Julien : Après une scolarité à dessiner dans mes marges de cahiers, j’ai obtenu un Deug d’arts plastiques à Saint Charles (université Paris1) puis j’ai suivi une année d’atelier privé et pour finir, je suis entré aux arts décoratifs pour y faire du graphisme et du cinéma d’animation.
J’ai eu la chance de rencontrer et de me lier d’amitié à l’université avec Cyrille Daujean qui travaillait alors en tant que graphiste et cartographe pour Cassus Belli et la toute jeune boîte de jeu de rôle Multisim (qui développa Mnémos), il me fit rencontrer tout ce petit monde qui me donna mes premières chances !

Allan : D’où vous vient ce goût pour la fantasy et quelles Œuvres vous ont marquées ?

Julien : Enfant, j’ai adoré les films tels que Robin des bois, Ivanhoé, Alexandre Nevski, Excalibur… C’était le début de mon attrait pour la fantasy. Plus tard, je fus profondément marqué par le mini-opéra de W. Sheller, “Tohol”. C’est à l’époque que je me plongeai dans le Seigneur des anneaux et la Belgariade de D. Eddings. Il y avait aussi une BD chez mes parents qui me fascinait, “Salammbô” par Druillet.

Allan : Vos couvertures sont toujours très soignées et très proches de l’esprit du roman : quel est le « process » de création et lisez-vous les Œuvres que vous illustrez ?

Julien : Je dois dire que c’est très variable, soit j’ai la chance et le temps de lire le roman, alors j’essaie de retirer une sensation plus qu’une scène, puis je cherche les éléments du livre qui montre le plus cette sensation. Soit l’éditeur a une envie très précise et j’ai moins de marges de manŒuvre, j’essaie alors de bien comprendre cette envie qui est parfois floue et de la réaliser visuellement à ma sauce.
Je commence toujours par réaliser des petites vignettes en noir et blanc pour trouver la disposition des éléments, les lignes de forces, les masses. Ensuite je réalise le crayonné final qui sera proposé à l’éditeur. Après discussions, corrections et acceptations, je fais une vignette couleur pour les teintes générales puis j’attaque le rendu final sur agrandissement du crayonné.
Ce qui est important dans ce métier, c’est de se remplir la tête d’une quantité d’images.
En lisant les romans où même leur résumer, certaines ressurgissent, il faut alors les saisir et les remodeler.

Allan : Discutez vous avec les auteurs savoir s’il y des attentes particulières ?

Julien : Les auteurs ont très peu droit à la parole, en général. C’est l’éditeur et le commercial qui décident trop souvent mais j’ai déjà travaillé avec certains comme Pierre Grimbert.
Je suis en tout cas très heureux quand un auteur est content de sa couverture !

Allan : Quels sont vos projets pour les mois à venir ? Illustrez des romans vous donne-t-il l’envie de tenter l’aventure de l’écriture ?

Julien : Actuellement, je monte le dossier pour un livre jeunesse-grand public écrit par ma femme. Je continue les couvertures de romans et de travailler pour des jeux.
J’ai en effet écrit un texte, mais c’est pour de la BD. Cela ressemble plus à de la chanson qu’a du véritable scénario. J’y travaille doucement. Il me tarde d’être mon propre auteur !
J’essaie aussi de créer mon site Internet, à suivre…

Allan : Si vous avez eu le temps de visiter Fantastinet, qu’en avez-vous pensé ?

Julien : C’est un site qui me semble clair et précis, une mine ! Surtout n’essayer pas de trop vous diversifier.

Allan : que peut-on vous souhaiter ?

Julien : Ce que je vous souhaite à vous, bonheur et santé !

Allan : un mot de conclusion ?

Julien : Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *