Interview : Laurent Genefort

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Réalisée par :Face-à-Face
Date :Octobre 2007
Allan : Alors Laurent, que peux-tu dire de ce nouveau cycle que tu entames ?
Laurent : Ce que je peux dire, c’est que c’est un cycle radicalement différent de ce que j’ai pu faire en Fantasy jusqu’à présent. Il s’agit d’une fantasy beaucoup plus sombre. C’est une volonté ancienne qui se concrétise. Il y a près de 20 ans, alors même que j’écrivais sur les Ères de Wethrïn, j’avais annoncé avoir envie d’écrire une fantasy plus dark, inspirée notamment de Howard. On sent toujours l’influence de Howard, mais la Compagnie Noire de Glen Cook l’a renforcée. Bref, il a toujours été prévu que j’en écrive, et l’occasion a fini par se présenter. J’ai envoyé ce texte à Bragelonne. J’avais dans l’idée d’utiliser un pseudonyme, mais ils ont tenu à le faire paraître sous mon vrai nom.

Allan : Si je reprends l’interview que tu nous avais accordé précédemment, à l’occasion de la sortie du Nom Maudit, chez Octobre, tu indiquais que pour toi, la fantasy était plus destinée à un public jeune alors que la Science-Fiction était destinée à un public plus âgé… Pourtant, on ne peut pas dire que L’Ascension du Serpent soit très conseillé à un public jeune.
Laurent : A l’époque de ces propos, je n’avais écrit que de la light fantasy, et pour moi, j’étais à ce moment-là un écrivain de light fantasy, mon univers se résumait à ce genre. Alors oui, la fantasy que j’écrivais, au travers d’Alaet notamment, était une fantasy pour la jeunesse. Mais j’ai été surpris de constater que le Serpent a plu à de jeunes lecteurs, aussi !

Allan : Lorsque je t’avais demandé dans cette interview, pourquoi ne pas avoir fait le choix de faire le cycle des Ères de Wethrin en une trilogie, plus habituelle en fantasy, tu m’avais répondu que « les meilleurs trilogie sont en deux volumes »… Doit-on en déduire que les Hordes seront aussi en deux volumes ?
Laurent : Mon éditeur a voulu cette fois faire une trilogie en trois volumes, je m’y plie donc. (Rires)

Allan : Me confirmes-tu que ce cycle sera une trilogie ?
Laurent : Le cycle est prévu en trois volumes, mais il n’est pas impossible, s’il y a matière, qu’il y en ait quatre. Je tâcherai cependant de finir comme promis !

Allan : Le deuxième volume racontera-t-il aussi l’histoire de la horde du Serpent ?
Laurent : Sans dévoiler l’intrigue, le récit suivra alternativement deux hordes : la horde du Serpent, laissée agonisante à la fin du premier volume, et la horde de l’Aigle qui est née de la scission du Serpent.

Allan : L’idée de centrer l’action sur des mercenaires, est-ce une inspiration directe de la Compagnie Noire ?
Laurent : Dans les livres que j’ai écrits pour la collection Anticipation de Fleuve Noir, les mercenaires étaient déjà présents. C’est une thématique qui me plaît. Ils n’ont aucune excuse pour justifier leurs actes, ils doivent donc vivre avec. Et c’est la grande différence entre les mercenaires et les soldats : ils font la même chose, commettent les mêmes exactions… sauf que les soldats ont le parapluie de l’autorité, le bouclier du devoir pour les couvrir. Ils peuvent continuer à vivre puisque l’État pourvoit à leur vie et leur fournit les justifications morales. Les mercenaires, eux, représentent l’essence même de la violence, car ils ne peuvent pas se réfugier derrière ce genre d’autorité.

 

© Boulet
Bragelonne

Allan : Quand on regarde la horde du Serpent, pourtant, on y sent une grande éthique, même si ce terme peut paraître incongru pour qualifier des mercenaires.
Laurent : Le Serpent se démarque de toutes les autres hordes à cause de son code d’éthique imposé par son chef, ce n’est pas sa nature. Elle est plus éthique que les autres parce que son chef l’impose, du fait de son histoire personnelle.

Lise : Dans le prochain volume, qui sera le “héros” – si tant est que l’on puisse parler de héros ?
Laurent : Comme je l’indiquais, le récit alternera en permanence entre la horde d’Audric et celle de Marween, entre la horde du Serpent et la horde de l’Aigle. Pourtant, le personnage de Marween tel qu’il existe actuellement, entièrement sombre, ne me satisfera pas longtemps. Il est certain que son personnage va se complexifier. De la même façon, Solenn, pourtant présente depuis le début, n’occupe pas encore toute la place qu’elle devrait, elle a une force sous-jacente qui n’est pas encore utilisée. Le récit devient plus intéressant dès lors qu’il y a trois protagonistes car des alliances peuvent se créer, se défaire, des trahisons apparaître.

Allan : As-tu une idée de la date de parution du projet volet ?
Laurent : Le deuxième volume devrait paraître aux alentours de septembre 2008. Avant, j’espère…

Allan : Quels sont tes autres projets ?
Laurent : Pour commencer, un Almanach Fantasy pour 2008 chez Bragelonne, en commun avec Boulet et Gudule. Un roman de SF est aussi prévu pour juin 2008 chez Le Bélial’, Mémoria. Il s’agira d’un space opera dans la lignée de la Mécanique du Talion, plus centré sur le personnage. Le héros se transporte d’un corps à l’autre. Je suis actuellement en train d’achever sa réécriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *