Jardins de Klarkash-Ton (Les) de Philippe Gindre

A travers cette courte étude, vous allez pouvoir découvrir une des facettes de Clark Ashton Smith qui a écrit un certain nombre de nouvelles / romans prenant racine (si je puis me permettre) sur des plantes monstrueuses.
Ce texte sera intéressant essentiellement pour les lecteurs qui voudrait en apprendre un peu plus sur l’auteur, les autres y trouvant quelques variations de scenarios sur la thématique des végétaux.
Les connaissances de la clef d’argent sont vraiment vastes 🙂

Les hommes-fleurs du royaume de Lospar, les arbres à têtes humaines du jardin d’Adompha, les fleurs-sirènes de la planète Votalp, les lianes mutagènes du labyrinthe de Maal Dweb, les hydres végétales d’Andromède…
Autant de chimères impossibles, de monstres repoussants, troublants ou parfois dangereusement séduisants nés de l’imagination fertile et atypique de l’écrivain californien Clark Ashton Smith (1893-1961), pionnier de la dark fantasy. Qu’ils soient issus des folles manipulations de savants ou de mages, ou fruits d’une nature particulièrement inventive, les inquiétants hybrides que nous décrit Smith réservent en général à ceux qui les croisent un sort peu enviable. En effet, quel que soit l’aspect que ce baudelairien convaincu prête à ses fleurs du mal, celles-ci n’ont rien d’allégorique.

La Clef d’Argent KholekTh (Novembre 2008)42 pages 5.00 € Couverture : Patrick Mallet

Laisser un commentaire