La Belle qui porte malheur de Béatrice Bottet

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 7.0/10 (1 vote pris en compte)

Rose-Aimée – Tome 1

Martial Belleroche a décidé de faire fortune grâce à la ruée vers l’or aux Etats-Unis, pas en chassant l’or comme ses congénères mais bien en tirant profit de petites combines qui vont lui permettre de faire fortune. Malheureusement, ce n’est pas du goût de certains de ses clients qui voient dans ce petit français tout ce qu’ils exècrent et décident de le dérouiller relativement souvent.

C’est au cours d’une de ces bagarres de rue qu’il rencontrera un homme qui l’aidera pour lui demander par la suite de l’aider en allant récupérer en France un livre auprès d’une nièce.

Cette première partie de Rose Aimée, qui comporte 2 romans au total (les deux étant déjà parus), va nous permettre de découvrir comme les deux facettes d’un même monde, l’Amérique de la ruée vers l’or avec son lot de magouilles d’une part, et le Paris des cabarets d’autre part.

Ces deux facettes seront reprises par les deux personnages principaux Rose-Aimée & Martial, dont les personnalités sonnent avec justesse par rapport à leurs métiers. Si l’histoire est essentiellement axée sur l’amour naissant et compliqué du fait de nombreux quiproquos, l’aspect le plus intéressant et le plus passionnant de ce roman est bien le cadre historique que l’auteure nous détaillent avec une précision, et une dureté, qui mettent bien en avant cette époque peu connue.

Le livre est destiné à un public jeune mais cela ne signifie nullement que le livre est mielleux : l’époque était particulièrement dure pour les femmes, et cette violence ressurgit dans le récit, est présente à chaque détour de page et est centrale à la vie de Rose Aimée. Il ne faut donc pas voir ce titre comme un conte de fée dans un Paris idéalisé mais bien comme un reflet réaliste d’une époque sombre.

Le côté fantastique ne paraît pas comme essentiel à l’histoire, et a bien y regarder, il n’est pas certain non plus que cet aspect fantastique ne soit pas autre chose qu’un “fantasme” de l’héroïne, un moyen de défense imparable.

Il est à noter que les éditions Matagot – Nouvel Angle ont pris l’habitude de soigner la présentation de leurs livres : c’est une nouvelle fois le cas, ayant poussé avec l’auteur jusqu’à l’ajout d’informations complémentaires sur l’époque et ce de façon illustrée.

Un livre d’amour donc, avec une bonne couche historique :).

Matagot – Nouvel Angle (28 octobre 2010) – 496 pages – 16.90€ – 9782354501327
Couverture :
Miguel Coimbra
Illustrations intérieures : Rolland Barthélémy

San Francisco, mai 1851.
Dans le saloon bruyant et enfumé bourré de chercheurs d’or, l’homme aux cheveux gris haussa la voix :
– J’ai quelque chose d’important à te demander…
Le jeune marin ouvrit bien grand ses oreilles.
– Es-tu capable de retrouver quelque chose à Paris ? demanda Garancher, fébrile, en lui mettant une main sur le bras. Et quelqu’un ?
– Ce que vous voulez, dit Martial Belleroche avec assurance. Et qui vous voulez.

– Alors je compte sur toi. Mais surtout, surtout… il faudra te méfier, fit Garancher d’une voix grave et lugubre sans s’expliquer davantage.
Il leva alors son verre et les deux hommes trinquèrent.

Paris, avril 1852.
Fifi-Bout-d’Ficelle sourit au public et s’inclina. Tous les spectateurs sentirent leur coeur fondre. Tous sauf un. Le piano et le violon jouèrent un prélude d’une grande intensité dramatique.

Fifi salua gracieusement en tenant sa robe à deux mains. Quelques applaudissements éclatèrent encore, vite rembarrés par des ” chuuut ” impatients.
Et Fifi chanta la complainte de la fille qui portait malheur…

Site Internet : http://www.rose-aimée.com

La Belle qui porte malheur de Béatrice Bottet, 7.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *