La Proie des cieux de John Arcudi, Javier Saltares et Walden Wong

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Predator – Tome 1

L’histoire se déroule dans une ville d’Afrique de l’Est, une guerre civil fait rage, la ville est désertée de ses habitants pour faire place aux protagonistes. Un sniper, qui s’est infiltré dans la ville, a pour mission d’éliminer le leader des rebelles. Il est en position depuis longues heures et est sur le point d’être récompensé de sa patience et de sa discrétion. Il tient, au bout de son fusil à lunette, sa cible : le général Olango. Il va tirer quand il est ébloui par un scintillement lointain. Il est repéré par l’ennemi. Pour ce soldat rompu à la guérilla urbaine, c’est à peine croyable qu’après de si longues heures d’attente il n’ai pas pu remarquer l’ennemi. Mais pas le temps de réfléchir, du rôle de chasseur il devient chassé. La course poursuite commence. Il alerte son équipe en soutien, direction le point de retraite. La course poursuite est inégale. La puissance de feu de l’ennemi s’avère très supérieure à de l’armement conventionnel, ses déplacements sont discrets et très rapides. Blessé, notre sniper rallie toutefois le point de retraite ou l’attend une mise en scène macabre qui indique qu’il est la proie facile d’un jeu dont les auteurs maitrisent pleinement le scénario, un scénario dont l’issue ne fait pas de doute : le soldat hurle son désespoir et décide de faire fasse à l’ennemi : ce dernier n’a rien d’un rebelle, c’est un monstre qui s’avance, un predator. Le sort du soldat réglé, c’est au tour du predator de se faire refroidir par d’autres monstres extraterrestres.

Dès lors, entrent en scènes des mercenaires aguerris qui, au coté de l’armée, sont à leur tour confrontés aux predators. La suite est une succession de séquences d’action qui perdent progressivement tout intérêt.

Prédator is back ! Je devrai plus précisément écrire que les Predators sont de retour ! Et sur plusieurs fronts, au cinéma avec la sortie en juillet dernier du film Predators réalisé par Nimrod Antal.

Et comme de plus en plus souvent, cinéma et BD sont liés, la maison d’édition « Dark horse » a relancé une série autour de la « bête ». Les éditions soleil assurent le relais pour la version française. Au final, si les dessinateurs s’en sortent plutôt bien, on espère, comme beaucoup d’amateurs du Predator je pense, que ce one-shot sera suivi d’albums aux scénarios moins classiques.

Soleil Production (Juin 2010) – 120 pages – 13,95€ – 9782302011922
Le monde a les yeux braqués sur une guerre civile brutale qui se déroule dans le tiers-monde.
Un conflit impitoyable n’épargnant ni les soldats, ni les civils. Mais, au milieu de la terreur et du carnage, là où les grandes nations luttent pour prendre l’avantage, une autre bataille sanglante fait rage dans l’ombre. Deux tribus venues des étoiles se font la guerre et ont choisi la Terre comme champ de la bataille. Chacun est la proie des autres, chacun est le prédateur de l’autre !

Scénario: John Arcudi,
Dessin: Javier Saltares,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *